Aller au contenu
Home » Les organismes de bienfaisance .

Les organismes de bienfaisance .

À:
Objet : Recherche d’organismes de bienfaisance.
Chères MME ET M.
Ces dernières années, j’ai été impliqué dans la lutte pour les handicapés dans l’État d’Israël – la lutte qui est également largement connue dans les médias.
Cependant, même après de nombreuses années de lutte, il est devenu clair qu’il n’y avait toujours pas de solution raisonnable dans le secteur du logement pour les personnes handicapées et autres populations défavorisées dans l’État d’Israël.
Bien sûr, l’épidémie de Corona, qui fait mal ces derniers mois (j’écris ces mots dimanche 12 juillet 2020), a conduit à une aggravation considérable de la situation – et pas seulement de la population handicapée: de nombreuses personnes qui ont perdu la capacité de gagner sa vie a littéralement faim de pain.
Je vous le demande: Est – ce que vous connaissez des organismes de bienfaisance, ou Busin e personnes ss qui peuvent aider afin d’alléger les souffrances de ces groupes de population – et étant donné que personne ne sait combien de temps la situation va durer?
Plus loin dans ma lettre, je décris les difficultés du public auquel j’appartiens – le public handicapé.

1 ) Mon numéro d’identification: 02947403
2) Mes e-mails: 02947403@walla.co.il ou abs783a@gmail.com ou assaf197254@yahoo.co.il ou ass.benyamini@yandex.com ou a32assaf@outlook.com ou: assaf002@mail2world.com
3) Mon organisation de soins :
Reuth – Avivit Hostel 6 Ha’avivit St.
Kiryat Menachem, Jérusalem 9650816.
Téléphone du bureau de l’auberge: + 972-2-6432551 ou + 972-2-5428351 Courriel de l’auberge: avivit6@barak.net.il
4) Lors d’une réunion avec l’ assistante sociale de l’ Avivit Hostel à 13h30 le 12 décembre 2017, il m’a été explicitement interdit de divulguer ses coordonnées et / ou d’ autres employés d’ Avivit Hostel ou de Reuth .
5) Mon médecin de famille :
Dr Michael Halav
Clalit Healthcare Services, succursale d’ Ir Ganim 63 Borochov St.
Kiryat Yovel , Jérusalem 9678150 .
Téléphone de la clinique: + 972-2-6440777, fax: + 972-2-6438217 .

6) Ci-dessous mon correspondant avec une assistante sociale de Reuth fin janvier 2020:
25.1.2020
Chère Mme Tal Lotan,
re: Appartement au 115 Costa Rica St.
Je tiens à vous informer que les stores du salon sont bloqués et ne peuvent pas être déplacés. Est-il possible pour un membre du personnel de l’auberge de le réparer? (Je ne sais pas comment à

résoudre ce problème ou si je dois appeler le propriétaire de l’appartement pour le faire). Qu’est-ce que tu penses? Cordialement,
Assaf Benyamini, résident de l’ auberge de vie autonome Avivit PS
Je vous ai récemment envoyé la lettre ci-jointe par courrier ordinaire via Israel Postal Company. Je vous serais reconnaissant de bien vouloir répondre à la question que j’y ai soulevée.

12.1.2020.
Chère Mme Tal Lotan, concernant la période de location
Le bail de mon appartement expire le 14 juillet 2020. Je pense qu’il est possible d’envisager de demander au propriétaire de l’appartement de préciser si elle accepte de prolonger le bail. Je note que je souhaite continuer à vivre dans l’appartement, mais si le propriétaire de l’appartement ne souhaite pas prolonger le bail, je dois me préparer en conséquence et commencer à chercher un autre appartement.
Cordialement,
Assaf Benyamini, résident de l’ auberge de vie autonome Avivit PS Mon numéro d’identification: 029547403

Ma lettre à l’assistante sociale Tal Lotan 10 Yahoo / courrier entrant
Assaf Benyamini 15 janvier à 15h50
par + 6 Tal
Assaf Benyamini
Je ne comprends pas. Quand avez-vous l’intention de poser la question au propriétaire de l’appartement? QUAND? Il n’est pas possible de comprendre à partir de la réponse «Trois mois à l’avance est la pratique courante» lorsque vous comptez lui poser cette question. (Je préfère le plus tôt possible, car contrairement aux occasions précédentes où j’ai déménagé, cette fois ma santé est pire et je ne peux pas personnellement emballer mes affaires. Si je dois changer d’appartement, cette fois, ce sera beaucoup plus difficile pour moi physiquement, et l’ensemble du processus prendra donc beaucoup plus de temps, mais ce serait beaucoup plus facile émotionnellement.Je demande donc à nouveau, si mes propos n’ont pas été compris: quand comptez-vous interroger le propriétaire de l’appartement à ce sujet?
Cordialement,
Assaf Benyamini, résident de l’ auberge de jeunesse Avivit

Dimanche 26 janvier 2020, GMT + 2 10:46:27 TAL LOTAN talotan39@gmail.com a écrit le 26 janvier 12:28
· TAL LOTAN talotan39@gmail.com

À: Assaf Benyamini le 26 janvier à 14h09
Nous vous contacterons le mois prochain. N’oubliez pas qu’en vertu du contrat, vous ou elle pouvez donner un préavis de trois mois.

Le dimanche 26 janvier 2020, à 12:29 de Assaf Benyamini
< assaf197254@yahoo.co.il >

Afficher le message d’origine

Assaf Benyamini < assaf197254@yahoo.co.il >

À: Tal Lotan

26 janvier 2020, à 14:13 D’accord. Je vous remercie.
Le dimanche 26 janvier 2020, à 14:09:58 GMT + 2

TAL LOTAN talotan39@gmail.com a écrit

Masquer le message d’origine

Nous vous contacterons le mois prochain. N’oubliez pas qu’en vertu du contrat, vous ou elle pouvez donner un préavis de trois mois.

Le dimanche 26 janvier 2020, à 12:29 de Assaf Benyamini
< assaf197254@yahoo.co.il >

Je ne comprends pas. Quand avez-vous l’intention de poser la question au propriétaire de l’appartement? QUAND? Il n’est pas possible de comprendre à partir de la réponse «Trois mois à l’avance est la pratique courante» lorsque vous comptez lui poser cette question. (Je préfère le plus tôt possible, car contrairement aux occasions précédentes où j’ai déménagé, cette fois ma santé est pire et je ne peux pas personnellement emballer mes affaires. Si je dois changer d’appartement, cette fois, ce sera beaucoup plus difficile pour moi physiquement, et l’ensemble du processus prendra donc beaucoup plus de temps, mais ce serait beaucoup plus facile émotionnellement.Je demande donc à nouveau, si mes propos n’ont pas été compris: quand comptez-vous interroger le propriétaire de l’appartement à ce sujet?
Cordialement,
Assaf Benyamini, résident de l’ auberge de jeunesse Avivit

Le dimanche 26 janvier 2020, à 14:09:58 GMT + 2

TAL LOTAN talotan39@gmail.com a écrit

Bonjour, il est d’usage de donner un préavis de trois mois, mais c’est aussi possible plus tôt.

Samedi 25 janvier 2020 à 20h00 par Assaf Benyamini < assaf197254@yahoo.co.il >

Je comprends, mais quand comptez-vous poser cette question? Samedi 25 janvier 2020 à 19:46:52 GMT + 2
TAL LOTAN talotan39@gmail.com a écrit

Il est trop tôt, même si vous dites que, hypothétiquement, vous souhaitez prolonger, mais elle est obligée.

Bref, c’est trop tôt.

Samedi 25 janvier 2020 à 19h07 par Assaf Benyamini < assaf197254@yahoo.co.il >

— Message envoyé —-

De: Assaf Benyamini < assaf197254@yahoo.co.il >

À: TAL LOTAN talotan39@gmail.com

Envoyé le: samedi, samedi 25 janvier 2020, à 16:31:35 GMT + 2 Re: Ma lettre au travailleur social, Tal Lotan
Bien. Quelle est votre opinion sur la deuxième question que j’ai posée (demander au propriétaire de l’appartement si elle a l’intention de renouveler le bail ou non)? Naturellement, si les propriétaires de l’appartement n’acceptent pas de renouveler le bail après le 14 juillet 2020, je devrai trouver une autre solution résidentielle (et cette fois, emballer mes effets personnels prendra beaucoup plus de temps en raison de la détérioration de mon état de santé, ce qui ne permettra pas de emballer par moi-même).

Assaf Benyamini

Samedi 25 janvier 2020 à 16:22:17 GMT + 2

TAL LOTAN talotan39@gmail.com a écrit

Salut Assaf. En ce qui concerne les stores, je vais demander Baruch de jeter un coup d’ oeil, et si elle est un plus grand défaut, je vais contacter Sigal il .

Assaf comme objectifs à atteindre. 7) Ce qui suit est un rapport social de 17 pages, qui a été rédigé sur moi le 28/06/2011.
* Je tiens à signaler que je suis arrivé pour une rééducation à l’ hôpital psychiatrique Kfar Shaul à Jérusalem le 3/8/1994 et non en 2004, comme cela a été écrit par erreur dans ce rapport.

REUT Community Mental Health Registered Society Auberge « Avivit »
Avivit Hostel, 6 Avivit St., Jérusalem 96508, Télécopieur: 02-6432551
Courriel: avivit6@barak.net.il

28 juin 2011
À,
La société MGAR
Re: Assaf Binyamini , Id. No.29547403 – Rapport psychosocial
Contexte général: Assaf est né en 1972, célibataire, vit seul dans un appartement de la rue HaRakefet sous le statut de logement protégé (logement protégé) pour le compte d’un panier de réadaptation, il subsiste au moyen d’une allocation d’invalidité sur fond d’un maladie mentale.
Assaf est le fils aîné d’une famille de quatre personnes. Ses parents ont divorcé quand il avait huit ans, les relations entre ses parents pendant leur mariage sont décrites comme dures. Le père s’est remarié et Assaf a eu trois demi-frères et sœurs issus de ce mariage. Après le divorce, Assaf est resté avec sa mère et sa sœur.
Depuis son enfance, Assaf souffre de difficultés émotionnelles et motrices. Suite à un changement de résidence à l’âge de 4 ans, il a cessé de parler. Il a été référé à la psychothérapie dans une école maternelle thérapeutique. Assaf était un enfant tranquille qui avait l’habitude de s’isoler, il passait l’après-midi à lire des livres d’histoire, à travailler sur des ordinateurs, sa seule activité sociale était dans le cadre des jeux d’échecs.
Pendant son adolescence, son état de santé mentale s’est gravement détérioré, il a développé des délires de persécution (illisibles), entre autres contre la femme de son père. Une tentative de suicide a été exposée et il a été hospitalisé à plusieurs reprises au centre de santé mentale de Geha . Une tentative de réhabilitation a été menée dans une auberge de Petah Tikva , mais elle a échoué. A partir de cet âge, il n’était plus intégré dans aucun cadre, il était un enfant socialement rejeté , son comportement étrange provoquait également une grande agression de son entourage à son égard, ce qui aggravait encore plus sa condition.
Au début de la vingtaine, Assaf souffrait de divers symptômes, les principaux étant obsessionnel-compulsif, qui comprenait également l’automutilation – de telles manifestations d’automutilation physique ne revenaient jamais de cette manière, mais actuellement, Assaf se blesse, au moyen de la manière dont il utilise pour faire face à la société et la réalité qui l’entoure (et concernant cette question – de plus amples informations seront fournies dans la suite).
En 2004, Assaf a été hospitalisé au service de réadaptation de Kfar Shaul et de là, il a déménagé dans un logement protégé (logement protégé) avec l’escorte de l’ Association pour la santé mentale d’ Enosh . Au fil des années où il a été traité au service de réadaptation, son état s’est amélioré, les symptômes obsessionnels-compulsifs se sont considérablement affaiblis et aucun contenu psychotique tel que des délires ou des hallucinations n’a été observé. Assaf a été escorté par l’équipe de réadaptation de l’ hôpital psychiatrique de Kfar Shaul , il a continué à être escorté à sa résidence par l’ Association pour la santé mentale d’ Enosh , il a reçu un traitement psychiatrique, son état de santé mentale s’est stabilisé et il vit de manière autonome au sein de la communauté.
Assaf a travaillé volontairement pendant plusieurs années à la Bibliothèque nationale d’Israël mais il est parti en raison d’une détérioration de sa condition physique. Par la suite, Assaf a travaillé pendant environ un an et demi à la Ha’Meshakem Sheltered Company (2005 – 2006). Il est parti en raison de difficultés avec le personnel, selon lui. Par la suite, il a travaillé dans une usine de production protégée sur HaOman St., et il est parti en raison de difficultés de transport en essayant d’arriver à ce lieu de travail. De 2006 à 2007, un déclin progressif de son état physique et mental a eu lieu, et depuis lors, il souffre d’une accumulation de problèmes mentaux et physiques – problèmes de dos, problèmes digestifs, détérioration de son état psoriasique, problèmes articulaires, plus graves et crises d’angoisse plus fréquentes. Assaf a perdu confiance dans les services publics, il affirme qu’il y a une détérioration de la qualité de service et du professionnalisme des employés. Il a mis fin à sa connexion et à ses relations avec l’ Association pour la santé mentale Enosh , a tenté une escorte d’ hébergement au moyen du Kidum
REUT Community Mental Health Registered Society Auberge « Avivit »
Avivit Hostel, 6 Avivit St., Jérusalem 96508, Télécopieur: 02-6432551
Courriel: avivit6@barak.net.il

Association, qui n’a pas réussi. En avril 2007, il s’est adressé à l’ Association Tzohar , une association privée qui s’engage dans la rééducation et la récupération.
En novembre 2007, il a été référé à la Reut Community Mental Health Registered Society et a été admis sous le statut de logement protégé (logement protégé) à l’ auberge Avivit , et il est escorté par le personnel de l’auberge.
Lors de notre escorte, à condition au cours des trois dernières années, une détérioration de l’état de santé mentale d’Assaf peut être observée, et voici plusieurs indices concernant cette détérioration:
A . Le niveau de suspicion d’Assaf augmente, un soupçon qui s’intensifie par une vision pessimiste du monde , un manque absolu de confiance et de foi dans tout facteur thérapeutique, qu’il soit médical, psychiatrique ou professionnel. La relation qu’il entretient avec le personnel de l’auberge est très partielle, il refuse d’accepter les guides (instructeurs) de l’auberge et il est prêt à maintenir le contact uniquement avec le travailleur social, qu’il considère également comme un représentant d’un système qui ne le fait pas. rechercher son bien-être.
B . Une tendance à l’isolement qui s’aggrave. Assaf n’est connecté à aucun cadre social. Il n’entretient aucune relation humaine amicale, ni avec les résidents de l’auberge, et comme indiqué ci-dessus, ni avec les guides (instructeurs) de l’auberge, ni avec sa famille, dont il prend également ses distances, presque jusqu’à un détachement complet ( le mot «presque» est utilisé puisque sa mère insiste pour maintenir la connexion malgré sa résistance). Il ne participe à aucune vie communautaire, se retrouve isolé dans une solitude complète les samedis et jours fériés, il ne répond à aucune offre de rejoindre un certain cadre, un événement, des veilles de vacances et autres.
C . Enchevêtrements et rencontres avec des facteurs thérapeutiques: au cours des trois années, pendant lesquelles nous avons escorté Assaf, il a réussi à échanger entre plusieurs médecins de famille au HMO, certains d’entre eux cherchaient clairement son bien-être, mais il ne savait pas comment identifier ce. Il s’est disputé et s’est disputé avec le personnel de la clinique communautaire de santé mentale de Kiryat Yovel et a catégoriquement refusé d’y poursuivre sa surveillance psychiatrique. Là aussi, le personnel a essayé de venir vers lui, mais il ne l’a pas remarqué. Malgré le fait qu’il soit le principal victime de cette histoire, il a fait appel à toutes les entités liées à la santé mentale afin d’obtenir une surveillance psychiatrique alternative. Finalement, suite à notre appel au HMO Ir Ganim , un certain arrangement a été conclu, au-delà de la lettre de la loi, permettant la surveillance requise au HMO. Ses rencontres sont toujours accompagnées de la rédaction de dizaines de lettres de plaintes, y compris des appels aux médias, concernant tous les facteurs qui le traitent: le panier de rééducation, la Reut Community Mental Health Registered Society, le National Insurance Institute, les HMO et plus.
D . Boycott de l’auberge et de l’association d’escorte: bien qu’il continue de recevoir une escorte au nom de la Reut Community Mental Health Registered Society, il refuse d’arriver seul à l’auberge et les rencontres se déroulent uniquement à domicile. Ses soupçons et son hostilité sont dirigés vers le personnel et les résidents de l’auberge et il écrit même des plaintes et se plaint grandement de l’escorte elle-même. Néanmoins, un certain niveau de jugement de la réalité normale existe, et malgré la colère et les plaintes, il s’est abstenu jusqu’à présent de déconnecter également la relation avec nous.
E . Un niveau d’anxiété croissant: Assaf est très inquiet pour son avenir à venir, tant au niveau de sa santé psychiatrique et de ses options d’hébergement que sur le plan financier et existentiel. Ce niveau d’angoisse le fait vivre dans une pénurie et une austérité insupportables.
F . Abstinence et austérité au cours de sa vie quotidienne: Assaf est convaincu que dans un avenir pas si lointain il deviendra sans-abri, et par ses propres considérations, il économise de l’énergie électrique et économise sur toute autre dépense, et par conséquent, il ne chauffe pas son appartement pendant l’hiver, ne chauffe pas sa nourriture et il ne se laisse pas éprouver de plaisir ou de contentement. Il économise également en ce qui concerne sa santé, comme les traitements dentaires ou les médicaments qui pourraient atténuer les souffrances physiques et les douleurs dont il souffre.
REUT Community Mental Health Registered Society
Auberge « Avivit »
Avivit Hostel, 6 Avivit St., Jérusalem 96508, Télécopieur: 02-6432551
Courriel: avivit6@barak.net.il

G . Un engagement obsessionnel dans la correspondance et l’écriture à tous les facteurs possibles qu’il pense que son histoire peut toucher son cœur, lui faisant ainsi fournir une assistance dans une correspondance étendue est devenu sa pratique de vie, il écrit, photographie et distribue parfois en des dizaines d’exemplaires, à Bureaux gouvernementaux, membres de la Knesset, périodiques et magazines, associations, cabinets d’avocats, organismes et entités privés, établissements et plus encore. Dans la plupart des cas, il ne reçoit aucune réponse, dans certains cas, il reçoit une certaine attention – cette pratique a donné un sens et un contenu à sa vie. Selon lui, tant qu’il sera en vie, il continuera et c’est sa façon de lutter pour les droits qu’il mérite.
H . Difficultés d’adaptation aux lieux de travail: tout au long de la période , Assaf a échangé plusieurs lieux de travail, à chaque fois sur la base de difficultés ou d’accessibilité ou de plaintes concernant ses conditions de travail. Cependant, il convient de noter que récemment, il a trouvé par lui-même un établissement qui l’emploie trois fois par semaine, et jusqu’à présent, ils sont satisfaits de lui. Assaf lui-même n’a pas beaucoup confiance en cet endroit, mais à ce jour, et depuis deux mois, il a réussi à persévérer.
En résumé: il ne fait aucun doute que son image psychiatrique n’est pas commune, il existe plusieurs capacités qui sont relativement préservées, comme: la capacité cognitive, ses capacités d’expression orale et écrite, et d’autre part, un traumatisme mental sévère. Il se situe dans un cercle fermé de solitude et de désespoir. La nature de ses symptômes ne lui permet pas de recevoir d’assistance ou de soutien, il est convaincu que le monde entier est contre lui, qu’il n’y a pas d’issue et que la situation ne fera qu’empirer. Il n’y a pas d’explosions psychotiques au sens habituel, mais il existe des crises de colère et des agressions sévères, qui actuellement, sont principalement dirigées vers sa mère lorsqu’elle ose lui rendre visite (c’était bien pire quand il vivait avec un partenaire qui souffrait de ses violentes crises de colère. , et en conséquence nous avons été contraints de mettre fin à leur partenariat d’appartement). En ce qui concerne Assaf, la sensation est que toute la structure est une structure hermétique paranoïaque, son jugement de réalité est très défectueux et inadéquat et cela est particulièrement évident lorsqu’il n’identifie pas les personnes qui veulent l’assister et qu’il repousse tout le monde. Il est possible de constater la baisse de l’effet, jusqu’à l’absence de toute émotion humaine, même vis-à-vis des proches ou des soignants / thérapeutes, avec lesquels il est en contact quotidien. L’émotion dominante qui le contrôle est le désespoir, qui ne cesse de s’aggraver. Cela influe sur sa qualité de vie, sans parler du niveau de vie extrêmement bas dans lequel il vit.
En tant que personne qui l’accompagne depuis deux ans, et des conversations qu’il a eues avec le psychiatre qui l’a soigné, il ne fait aucun doute que ses difficultés de comportement, ses problèmes mentaux, ses crises de colère et autres, appartiennent et émanent de son trouble mental et, par conséquent, son comportement brutal, insultant et scandaleux doivent également être considérés comme un symptôme de ses problèmes et non comme une partie distincte de ceux-ci.

Naomi Harpaz
Travailleur social
Auberge de jeunesse The Avivit
Ir Ganim .

8) Voici quelques explications / informations sur les conditions de logement des les handicapés.
une. Problème de financement / paiement du loyer – il y a de nombreuses années (et on ne sait pas par qui, mais apparemment un représentant du gouvernement), il a été décidé que les personnes handicapées vivant dans la communauté avaient droit à 770 NIS par mois pour payer le loyer. Comme on le sait, les prix des logements ont grimpé en flèche en Israël ces dernières années, faisant naturellement grimper les loyers. Mais le chiffre de 770 NIS, fixé de manière totalement arbitraire il y a de nombreuses années sans aucune explication ni logique, n’a pas été mis à jour.

Malheureusement, même après une longue correspondance (des milliers, voire des dizaines de milliers de lettres, et au regret de cet auteur, ces chiffres ne sont pas exagérés), envoyée à toutes les parties possibles – divers bureaux du ministère du Logement et de la Construction, d’autres ministères, comme le ministère des Finances et le cabinet du Premier ministre, de nombreux journalistes, dont beaucoup avec lesquels l’auteur s’est entretenu personnellement, de nombreux avocats, et même des cabinets d’enquête et les ambassades de pays étrangers – rien n’a aidé. Le résultat est que le montant de l’aide n’a pas été mis à jour et de nombreux handicapés sont éjectés dans les rues pour y mourir de faim, de soif ou de froid en hiver ou de chaleur.

accident vasculaire cérébral et déshydratation en été.

Il convient de noter que les organisations de défense des droits, telles que Yedid : The Association for Community Empowerment et les cliniques d’aide juridique des universités et collèges auxquelles cet auteur correspond, ne sont jamais en mesure d’aider, pour une raison simple: le montant de l’aide de 770 NIS est prescrit par la loi, et les organisations de défense des droits peuvent aider conformément à la loi en vigueur. La seule adresse où des amendements législatifs sont nécessaires est la Knesset.
Mais les choses ne font que se compliquer: comme on le sait, depuis longtemps (ces lignes ont été écrites le vendredi 17 janvier 2020) Israël a été dans une campagne électorale après l’autre, et même les troisièmes élections, prévues dans six semaines n’annonce pas nécessairement la mise en place d’un gouvernement fonctionnel. Il convient de noter que même lorsque la Knesset et le gouvernement ont répondu aux demandes de cet auteur et des organisations de personnes handicapées et de bien d’autres en matière d’aide, les membres de la Knesset ont automatiquement dirigé les enquêtes vers les organisations de défense des droits, même si les membres de la Knesset sont pleinement conscients que, dans ce cas, les organisations ne sont pas l’adresse; ils le sont eux-mêmes.
b. Communications avec les propriétaires d’appartements : il existe de nombreux cas dans lesquels les handicapés ont du mal à négocier avec les propriétaires d’appartements, en raison de leur handicap ou de leur maladie. Dans ces circonstances, les travailleurs sociaux doivent servir de médiateurs et la plupart des travailleurs sociaux ne peuvent pas vraiment assumer ce rôle dans tous les cas. De plus, des coupes profondes ces dernières années dans le nombre de postes de travailleurs sociaux, ainsi que des conditions de travail difficiles, des bas salaires, des traitements inappropriés fréquents de la part des familles des patients – qui considèrent souvent de manière injustifiée les travailleurs sociaux comme responsables des soins défectueux de leur les proches reçoivent – combinée à la charge de travail impossible qui les oblige parfois à négliger les cas urgents ou dangereux, s’ajoutent aux difficultés des handicapés à trouver un appartement convenable et au travailleur social de l’aider .
c. Moyens de paiement des patients – il y a des cas dans lesquels une personne déménage pour vivre dans la communauté après une longue période à l’hôpital et n’a pas les habitudes de vie normales, comme aller travailler ou prendre la responsabilité de gérer sa vie. Souvent, les conditions de signature d’un bail, comme un chèque de garantie, sont inaccessibles pour les personnes à ce stade de leur vie. Les structures antérieures de traitement et de réadaptation (dont l’auteur utilisait il y a 25 ans lors de son congé de l’hôpital vers une résidence avec services d’assistance) ont été fermées ou ont réduit leurs opérations ces dernières années, empêchant ainsi la réadaptation des personnes à ce stade de leur vie. , qui ne peut pas progresser sans ces structures critiques de traitement et de rééducation .
ré. Problèmes de réglementation – actuellement, il existe un déséquilibre complet en ce qui concerne les droits et devoirs des propriétaires d’appartements d’une part et des locataires d’autre part. De nombreuses lois protègent les propriétaires d’appartements contre d’éventuels abus de la durée du bail de la part des locataires; à l’inverse, aucune loi ne protège les locataires contre les abus de la part des propriétaires d’appartements. Par conséquent, les baux comportent de nombreuses clauses scandaleuses, draconiennes et parfois même illégales, et aucune loi ne protège les locataires, qui sont contraints de signer les baux. Dans de nombreux

Dans certains cas, les locataires n’ont aucun droit légal de s’opposer aux clauses dommageables qu’ils doivent signer comme condition de location du bien, et ils sont totalement exposés aux caprices des propriétaires, parfois même pendant la durée du bail. C’est évidemment un problème pour la population générale , mais il faut penser qu’il est naturellement plus difficile pour les groupes défavorisés, tels que les handicapés ou les malades, de traiter avec les propriétaires d’appartements dans ces circonstances.
e. Difficultés d’explication – il y a des difficultés substantielles en ce qui concerne les difficultés soulevées et leur divulgation dans l’arène publique aux fins d’apporter les modifications nécessaires. Les priorités actuelles des différents médias, qui ne s’intéressent pas au sujet, la division entre les organisations handicapées, le désintérêt d’un grand nombre d’acteurs de la société dans laquelle nous vivons à prendre un rôle actif dans les efforts pour corriger et améliorer la situation pèsent et entravent considérablement les efforts de sensibilisation du public à ces problèmes d’une manière qui obligera les membres de la Knesset à modifier les lois plutôt que de continuer à les ignorer et à ne rien faire. Le lancement d’une campagne publicitaire pose une autre difficulté: les personnes handicapées vivant avec une pension d’invalidité ne peuvent pas payer les sommes colossales que réclament les agences de publicité pour gérer une campagne pour faire face à ce problème, et les efforts considérables de cet auteur pour contourner cet obstacle en rejoindre un projet publicitaire étudiant n’a pas aidé, car les étudiants n’ont manifesté aucun intérêt et ont considéré que la question était importante.

9 ) Lien vers la chaîne youtube que j’ai ouverte le 28 avril 2020: https://www.youtube.com/channel/UCX17EMVKfwYLVJNQN9Qlzrg

10) Le 10 août 2018, j’ai rejoint un mouvement social appelé “We Shall Overcome” – un mouvement qui cherche à représenter les intérêts des personnes handicapées transparentes, à savoir: les personnes qui souffrent de problèmes de santé graves qui ne sont pas manifestement extérieurs à l’invisibilité qui nient les droits civils et sociaux à très grande échelle.
Sa directrice et fondatrice du mouvement est Tatiana Kadochkin , à qui il est possible de joindre au numéro de téléphone 972-52-3708001 du dimanche au jeudi de 11 heures à 20 heures – sauf pour les jours fériés juifs et israéliens.
Je joins par la présente un lien vers le site Web de notre mouvement: https://www.nitgaber.com/
11) mes numéros de téléphone:
à domicile-972-2-6427757.
c ellulaire- 972-52-4575172.
f AX- 972-77-2700076.
12) Plus de détails personnels:
Date de naissance: 11 novembre 1972
État matrimonial: Célibataire.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.