Aller au contenu
Home » Offre d’adhésion.

Offre d’adhésion.

Le 10 juillet 2018, j’ai rejoint le mouvement “nitgaber” – personnes handicapées transparentes.

Nous essayons d’aider à promouvoir les droits sociaux des “handicapés transparents”, c’est-à-dire des personnes comme moi, qui souffrent de handicaps et de maladies graves qui ne sont pas ostensiblement visibles à l’extérieur – un manque de visibilité externe qui entraîne de graves discriminations même par rapport à d’autres groupes handicapés.

L’adhésion au mouvement est ouverte à tous, et pour cela vous pouvez contacter la directrice, Mme Tatiana Kaduchkin :

972-52-3708001. ou : 972-3-5346644.

Du dimanche au jeudi entre 11h00 et 20h00, heure d’Israël – à l’exception des fêtes juives et des différentes fêtes israéliennes.

assaf benyamini – l’auteur de la lettre.

Apprendre encore plus:

https://www.nitgaber.com/

https://disability5.com

post Scriptum. 1) Ci-dessous la lettre que j’ai envoyée à la société “Radet equipements et systèmes RDT Equipment & Systems”:

—– Message transmis —–par : Asaf Binyamini < assaf197254@yahoo.co.il >

à : info@rdt.co.il < info@rdt.co.il > Envoyé le : mardi 16 août 2022 à 20:57:34 GMT+3 Objet : Lettres à « RDT Equipment & Systems » .

A la société « Redet Equipements et Systèmes ».

Salutations:

Matière: Appel téléphonique suspect.

Chers Madames/ Messieurs.

Aujourd’hui, mardi 16 août 2022 à 14h00, j’ai reçu un appel téléphonique à mon numéro de téléphone 972-2-6427757 d’une femme qui s’est présentée comme votre employée, qui parlait couramment l’hébreu et a catégoriquement refusé de s’identifier par son nom. Selon elle, le mouvement social dans lequel je milite (mouvement “nitgaber” – personnes handicapées transparentes) vous aurait commandé tel ou tel service de mesure. Je noterai que pendant toute la conversation, je me suis entendu doubler à chaque fois que je parlais (est-il possible que cela ait été fait exprès pour essayer de me confondre ?). Je noterai que toute l’histoire me semble très étrange pour deux raisons :

  1. a) Les domaines d’activité du mouvement « nitgaber » – personnes handicapées transparentes ne sont en aucun cas liés aux domaines d’activité de votre entreprise.
  2. b) Au mouvement nitgaber, nous ne vous avons jamais commandé de service.

Et compte tenu de ces circonstances déroutantes et aussi suspectes, je ne comprends pas pourquoi vous avez même pris la décision de me contacter par téléphone.

assaf benyamini,

115, rue Costa Rica,

Entrée La bémol 4,

Kiryat Menahem,

Jérusalem,

ISRAEL, code postal : 9662592.

mes numéros de téléphone : à la maison-972-2-6427757. Mobile-972-58-6784040.

Fax-972-77-2700076.

Post Scriptum. A) Mon numéro d’identification : 029547403. B) Mes adresses e-mail : 029547403@walla.co.il ou : asb783a@gmail.com ou : assaf197254@yahoo.co.il ou : ass.benyamini@yandex.com ou : assaf 002@mail2world.com ou : assaffff@protonmail.com ou : benyamini@vk.com ou : assafbenyamini@163.com

2) Ci-dessous, la lettre que j’ai envoyée au “Tzeirim Boarim” (le nom hébreu du mouvement des “jeunes ardents”) :

 office@tzeirimboarim.org.il

Salutations au mouvement “Tzeirim Boarim”:

Ce qui suit est un message au nom de Mme Tatyana Kadochkin du mouvement “nitgaber”.

Le sujet : le mouvement “nitgaber” (handicapés “transparents”)

Il y a une dizaine d’années, moi, le Ham, j’ai fondé le mouvement « nitgaber », pour les personnes handicapées « transparentes ». Personnes handicapées avec des pourcentages élevés d’invalidité et sans capacité de travail, mais qui ne sont pas limitées dans leurs mouvements.

Mon mouvement compte et représente environ 1300 personnes de tout l’État d’ISRAËL, qui ont un handicap allant de 75 % à 100 %, qui ne sont pas aptes au travail et qui n’ont pas de mobilité réduite ou qui ont besoin d’une augmentation de leur pourcentage d’invalidité . Le mouvement permet à ces personnes de retrouver tous leurs droits dans tout l’État d’ISRAËL et un certain soutien financier est également accordé à ceux qui en ont le plus besoin.

Notre mouvement se bat pour des logements sociaux abordables et des conditions de vie adéquates pour le groupe de population susmentionné. De nombreuses personnes handicapées qui ne sont pas en mesure de travailler et qui ont une incapacité de 75 à 100 %, mais qui ne sont pas limitées dans leurs mouvements, vivent dans des conditions déplorables.

Ils ne bénéficient pas des mêmes prestations que les retraités qui bénéficient également d’un complément de revenu. C’est-à-dire qu’ils n’ont pas de réductions pour acheter des médicaments, des réductions sur la facture d’électricité et la taxe foncière, des réductions pour voyager dans les transports en commun et une aide au loyer similaire aux retraités, ils n’ont pas droit aux subventions “chauffage/refroidissement” et plus . En d’autres termes, ils n’ont droit à presque aucune prestation, malgré leur situation désastreuse. De plus, ils n’ont pas non plus droit à un logement social malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils vivent au quotidien.

Il existe une différence fondamentale entre les différents handicaps, et nous pensons qu’il ne devrait pas en être ainsi !

Une personne handicapée à mobilité réduite, ayant droit à un logement social et recevant une aide au loyer allant de 3000 à 3900 NIS par mois.

De plus, les personnes handicapées à mobilité réduite reçoivent des allocations plus importantes que les personnes handicapées représentées par le mouvement, grâce à des compléments à l’allocation de base, qui comprend, entre autres, des services spéciaux, une allocation de mobilité et d’accompagnement, etc.

dans une telle situation, le montant de ces allocations atteint 15 000 à 17 000 NIS par mois. Mais en revanche, les handicapés représentés par le mouvement, qui n’ont pas de handicap moteur, ont un handicap de 75% à 100% et ne sont pas aptes au travail, ne reçoivent que 3211 NIS par mois net seulement !

Il en résulte que ce groupe est la population la plus pauvre et la plus vulnérable de l’Etat d’ISRAEL !!!

Au cours de mes années d’activité, j’ai rencontré de nombreux responsables de différents partis à la Knesset (le Parlement d’ISRAËL) et dans les différents ministères.

Mais, malheureusement, depuis une décennie maintenant, le mouvement n’a pas réussi à promouvoir la proposition qui permettrait aux personnes handicapées qui ne sont pas limitées dans leurs déplacements, qui ont un handicap de 75 à 100 % et qui ne sont pas en mesure de travailler, de recevoir un logement social ou à tout le moins d’augmenter le montant de l’aide qu’ils reçoivent pour louer un appartement et d’améliorer au moins quelque peu leurs conditions de vie.

À la lumière de ce qui précède, moi, Tatyana Kaduchkin, présidente du mouvement “nitgaber” (personnes handicapées transparentes),

J’aimerais vous rencontrer, afin de promouvoir ce projet et d’aider ces personnes à vivre une vie plus digne et plus appropriée.

Avec des bénédictions et un grand espoir, Tatyana Kaduchkin, présidente du mouvement “nitgaber” (handicapé transparent).

Téléphone 1 : 972-52-370-8001. Téléphone 2 : 972-3-534-6644.

Vous trouverez ci-dessous le message que j’ai laissé au membre de la Knesset (le Parlement d’ISRAËL), Mossi Raz, auquel je suis arrivé pour une réunion avec lui à la Knesset. Je suis arrivé pour la réunion du mardi 20 avril 2021 à 13h30.

20.4.2021

Salutations au membre de la Knesset Mossi Raz.

Matière: Problème de logement pour les personnes handicapées.

Cher monsieur.

Vous trouverez ci-dessous un certain nombre de questions liées à la population handicapée et ayant une déficience mentale (une population dans laquelle je fais également partie) que j’aimerais soulever devant vous.

Je serais intéressé de savoir dans quelle mesure vous êtes en mesure de promouvoir ces enjeux et/ou d’apporter des modifications législatives urgentes afin d’améliorer notre situation, nos conditions de traitement et nos chances de survie et d’intégration dans la société.

Je soulignerai que, par expérience passée, j’ai appris que lors de réunions de ce type, on me dira avant mon arrivée que j’aurai la permission de parler afin de soulever les questions dont je souhaite parler – cependant, lors de la réunion elle-même, je ne sera pas autorisé à parler même pendant une seconde – et si j’essaie de parler, Dieu nous en préserve, cela sera automatiquement considéré comme une “perturbation” très grave et donc les gardes de sécurité m’attaqueront et m’expulseront très agressivement – et cela même quand cela n’est pas nécessaire et quand c’est complètement inutile, et aussi quand il est absolument clair que je ne représente aucun “danger” pour qui que ce soit.

Et connaissant cette réalité, je vous remets cette lettre – juste au cas où cette fois aussi, ce serait le comportement envers moi. Apparemment, le simple fait que j’ose évoquer le sort de la communauté des personnes handicapées est interprété comme une menace très sérieuse – même si je ne sais pas du tout qui ou quoi exactement cela menace. Je vous laisse, ainsi que les employés de votre bureau, avec cette lettre – je ne la rapporterai pas chez moi.

Et maintenant, pour les détails des sujets eux-mêmes :

1) Le problème du financement/paiement du loyer – il y a de nombreuses années, il a été déterminé (et on ne sait pas par qui – mais c’est probablement un fonctionnaire du gouvernement ou un autre) que les personnes handicapées qui vivent dans la communauté ont droit à une aide d’un montant de 770 shekels par mois pour le paiement du loyer. Comme nous le savons, ces dernières années, il y a eu une augmentation très significative des prix des appartements dans l’État d’Israël – et en conséquence, bien sûr, il y a également eu une augmentation significative du loyer. Cependant, le montant de l’aide de 770 NIS, qui a été déterminé il y a de nombreuses années de manière complètement arbitraire et sans aucune explication ni logique, n’est pas mis à jour. Malheureusement, même après de nombreuses correspondances (et on parle d’au moins plusieurs milliers voire dizaines de milliers de lettres, et malheureusement pour l’auteur de ces mots, ces chiffres ne sont pas du tout excessifs), qui ont été envoyés à toutes les parties possibles : le ministère de la Construction et du Logement et ses différentes branches, d’autres ministères du gouvernement tels que le ministère des Finances et le cabinet du Premier ministre Bureau, de nombreux journalistes avec qui l’auteur de ce document s’est entretenu personnellement, De nombreux avocats et même les bureaux d’enquête et les ambassades de pays étrangers – rien n’y fait – et par conséquent, le montant de l’aide n’est pas mis à jour, de nombreuses personnes handicapées sont jetées dans le rue et y trouvent la mort de faim, de soif ou de froid en hiver et alternativement de coup de chaleur ou de déshydratation en été. Il est à noter que les organisations d’exploitation des droits comme l’association « Yadid » (qui, comme on le sait, a été fermée il y a quelques mois) ou les cliniques d’aide juridique des universités et collèges avec lesquels l’auteur de cet article est également en contact ne peuvent jamais aider, et la raison en est simple : le montant de l’aide de 770 NIS est fourni conformément à la loi , et les organisations d’exploitation des droits ne peuvent aider que dans le respect de la loi en vigueur, et la seule adresse dans les cas où des modifications législatives sont nécessaires est, comme vous le savez, la Knesset. Mais ici, la situation ne fait que se compliquer : comme nous le savons, pendant une très longue période de plus de deux ans, il n’y a pas de gouvernement qui fonctionne et la Knesset et l’État d’Israël sont en fait dans un état de gouvernement de transition continu. Le résultat direct et dévastateur de cette situation est l’absence de possibilité d’apporter des modifications essentielles à la loi qui sont nécessaires de toute urgence – dont certaines que je détaille ici. Il convient de noter que même lorsque la Knesset et le gouvernement ont donné suite aux demandes de l’auteur de ces lignes, ainsi qu’aux demandes des organisations de personnes handicapées et de nombreux autres partis concernant le montant de l’aide aux membres de la Knesset, ils étaient automatiquement dirigés vers les organisations pour l’exploitation des droits – et ce même si les membres de la Knesset eux-mêmes savent très bien que dans ce cas les organisations pour l’exploitation des droits ne peuvent pas être l’adresse mais seulement eux-mêmes.

2) Communication avec les propriétaires – il existe de nombreux cas dans lesquels les personnes handicapées ont des difficultés à négocier avec le propriétaire pour des raisons liées à leur maladie ou leur handicap. Dans ces situations, les travailleurs sociaux sont amenés à jouer le rôle de médiateurs – et une très grande partie des travailleurs sociaux ne peut réellement assumer ce rôle dans tous les cas. Et qui plus est : les fortes baisses des normes d’emploi des travailleurs sociaux ces dernières années, combinées aux conditions de travail difficiles, aux bas salaires, au traitement inadéquat par les familles des patients qui, dans de nombreux cas, les considèrent comme, et injustement,

3) Moyens de paiement des patients – il existe des situations dans lesquelles une personne déménage pour vivre dans la communauté après une longue période de séjour à l’hôpital, et sans habitudes de vie considérées comme normatives telles que se rendre au travail, prendre la responsabilité de gérer sa vie , etc. Très souvent, les exigences posées comme condition à la signature d’un contrat de location telles que la signature d’un chèque de garantie sont inaccessibles pour les personnes à ce stade de leur vie.De nombreux cadres de traitement et de réadaptation qui existaient par le passé (dont l’un a aidé l’auteur de ce document il y a environ 26 ans à la sortie d’un hôpital pour une résidence avec services) ont fermé ou considérablement réduit la portée de leur activité ces dernières années – ce qui peut empêcher la réhabilitation des personnes qui à ce stade de leur vie ne pourront pas avancer sans ces enveloppes thérapeutiques et rééducatives indispensables.

4) Le problème de la réglementation – il existe aujourd’hui un déséquilibre complet entre les obligations et les droits des propriétaires d’appartements d’une part et des locataires d’appartements d’autre part. Il existe de nombreuses lois qui protègent les propriétaires contre l’un ou l’autre abus des périodes de location qui peuvent être de la part des locataires. D’autre part, il n’y a pas de lois visant à protéger les personnes qui vivent dans des appartements contre l’exploitation par les propriétaires – et par conséquent, des clauses scandaleuses, draconiennes et parfois même illégales peuvent être trouvées dans de nombreux contrats de location – et il n’y a pas de lois visant à protéger les locataires de ces appartements contraints de signer ces contrats. Dans de nombreux cas,

Bien sûr, ce problème est celui de la population

Cependant, il faut tenir compte du fait que traiter avec les propriétaires dans ces situations est naturellement plus difficile pour les populations défavorisées telles que les personnes handicapées ou malades.

5) Difficulté à informer – il existe des difficultés considérables lorsqu’il s’agit de soulever les difficultés évoquées et de les exposer sur la place publique en vue d’apporter les corrections nécessaires. Les priorités actuelles des différents médias qui ne s’intéressent presque pas à la question, la fragmentation des organisations de personnes handicapées, la réticence de nombreux éléments de la société dans laquelle nous vivons à prendre une part active aux tentatives de corriger et d’améliorer la situation – tous ces fardeaux et rendent très difficile les efforts visant à sensibiliser le public à ces problèmes d’une manière qui obligera les membres de la Knesset à apporter les modifications nécessaires à la législation au lieu de continuer à ignorer et à ne rien faire. Une autre difficulté existe lorsqu’il s’agit de monter une campagne publicitaire :

6) Temps d’attente pour un traitement – il existe de nombreux cas où des personnes qui, jusqu’à un certain stade de leur vie, n’ont pas du tout eu besoin de l’aide de services de santé mentale – mais à la suite de circonstances de vie difficiles ou d’un événement traumatisant ou difficile de un type ou un autre ont besoin de l’aide d’un professionnel dans le domaine de la santé mentale – et bien sûr dans de nombreux cas. Il s’agit d’une assistance temporaire ou ponctuelle et non chronique. Aujourd’hui, les délais d’attente pour un traitement ou une assistance psychologique sont très longs – et faute d’une aide opportune, l’état des personnes peut se détériorer inutilement. Investir des ressources supplémentaires dans le système public de santé mentale peut certainement changer la donne. Il faut se rappeler que même d’un point de vue économique et budgétaire, il n’y a aucune logique dans un tel comportement : quand les gens

7) Traitements dentaires – Comme vous le savez, dans l’État d’Israël, une personne qui a besoin de soins dentaires ira presque toujours chez des médecins privés – et c’est parce que le système de santé publique ne fournit actuellement aucune réponse dans ce domaine. Il est à noter que les handicapés mentaux, mais aussi les handicapés en général, dont la situation financière est très difficile au quotidien, même sans lien avec les soins dentaires, ont encore plus de mal à recevoir ces soins, si et quand c’est nécessaire. La combinaison de graves problèmes mentaux et d’une grave détresse économique amène ces personnes à faire face à un creux brisé et à une impasse complète lorsque cela est nécessaire, et parfois à des soins dentaires urgents. Il faut tenir compte du fait qu’aujourd’hui il n’y a pas, en fait,

8) Zones d’hospitalisation – une personne qui a actuellement besoin d’un traitement psychiatrique massif dans un hôpital ou une clinique publique ne peut le recevoir que dans une clinique ou un hôpital proche de sa zone de résidence. Il y a des cas où les patients préfèrent, pour une raison ou une autre, se faire soigner dans une autre clinique – pas forcément celle très proche de leur zone de résidence. Les patients devraient avoir la liberté de choix – et un patient qui n’est pas satisfait du traitement dans une clinique ou un hôpital particulier devrait avoir la possibilité de se rendre dans une clinique ou un hôpital ailleurs. Cette option est actuellement offerte dans tous les autres domaines de la médecine – et il n’y a aucune raison de nier la liberté de choix quant au lieu de traitement dans le seul domaine du traitement mental. Qui plus est : une telle liberté de choix, si elle est accordée,

9) Sensibilisation de la population – la population générale montre parfois une opposition très importante face aux traitements de santé mentale qui sont donnés dans le quartier où les gens vivent – ce qui découle d’un manque de sensibilisation et de reconnaissance du domaine – et sans aucune justification pratique ou logique. Diminuer les résistances et les réticences de la population par un système d’information systémique approprié peut certainement faciliter la vie des patients et des patients dont la vie est de toute façon très difficile en raison de la maladie et du handicap eux-mêmes. Le manque de sensibilisation de la société dans laquelle nous vivons provoque des cas d’opposition des résidents à l’ouverture d’auberges ou de centres de traitement à proximité de leur lieu de résidence, ce qui entraîne des retards considérables dans l’ouverture de ces établissements, et parfois même à l’empêchement de leur ouverture suite à des poursuites intentées par des riverains. Qui plus est : il existe de nombreux cas où il y a harcèlement intentionnel de la population envers ces structures de soins lorsqu’elles se trouvent dans leur zone de résidence – et il est fort possible que la sensibilisation du public puisse entraîner une réduction considérable de la nombre de ces cas.

Salutations,

assaf benyamini,

115, rue Costa Rica,

Entrée La bémol 4,

Kiryat Menachem,

Jérusalem,

ISRAEL, code postal : 9662592.

mes numéros de téléphone : à la maison-972-2-6427757.

Mobile-972-58-6784040.

Fax-972-77-2700076.

 

post Scriptum. 1) Mon numéro d’identification : 029547403.

2) Mes adresses e-mail : 029547403@walla.co.il

ou : asb783a@gmail.com

ou : assaf197254@yahoo.co.il ou : ass.benyamini@yandex.com ou : a32assaf@outlook.com ou : assaf002@mail2world.com

ou : assaffff@protonmail.com

3) Le cadre de traitement dans lequel j’étais jusqu’au 16 mars 2021 (en raison des coupes et des réductions continues dans les budgets de la santé et de l’aide sociale et du manque de traitement de ces problèmes en l’absence d’un gouvernement ou d’une Knesset qui fonctionne), je suis parti, de manière chronique malades avec des maladies et des problèmes très graves sans aucun cadre de traitement approprié. Toutes mes tentatives pour lui trouver un cadre de traitement pertinent, je peux compter sur des pots en argile – et on ne sait pas combien de temps cette situation catastrophique va durer) :

Association “Reut”-Auberge “Avivit”,

Ha Avivit St. 6,

Kiryat Menachem,

Jérusalem,

Israël, code postal : 9650816.

Les numéros de téléphone dans les bureaux de l’auberge :

972-2-6432551. Ou : 972-2-6428351.

L’adresse e-mail de l’auberge : avivit6@barak.net.il

L’assistante sociale de l’équipe du foyer, avec qui j’étais en

contacter : Oshrat-972-50-5857185.

4) Le médecin de famille avec qui je suis suivi :

Dr Brandon Stewart,

“Klalit Health Services” – la clinique “tayelet”,

6, rue Daniel Ianovsky,

Jérusalem,

ISRAËL, code postal : 9338601.

Le numéro de téléphone des bureaux de la clinique :

972-2-6738558. Le bureau de la clinique

numéro de fax : 972-2-6738551.

 

5) Détails des médicaments que je prends régulièrement :

  1. Médicaments psychiatriques :

A.Seroquel-

2 comprimés de 300 mg chaque soir.

  1. Tegretol CR-

400 mg-tous les matins. 400 mg-tous les soirs.

C .Effexor-

150 mg-tous les matins. 150 mg-tous les soirs.

  1. simvastatine-

10 mg tous les jours le soir.

 

 

6) Ci-dessous la liste des problèmes médicaux dont je souffre :

 

  1. Syndrome de maladie mentale compulsive TOC ainsi qu’une maladie définie comme un trouble schizo-affectif
  2. Arthrite psoriasique.
  3. Un problème neurologique dont la définition n’est pas claire. Les principaux symptômes du problème : des objets tombant de mes mains sans que je m’en aperçoive, des étourdissements, une perte de sensation dans certaines zones des paumes et un certain problème d’équilibre et de posture.
  4. Hernie discale chronique dans le dos des vertèbres 4-5 – qui irradie également vers les jambes et rend la marche difficile.
  5. Syndrome de l’intestin irritable.
  6. Début des signes d’un problème cardiologique depuis le mois dernier (j’écris ces mots le jeudi 22 mars 2018). Au moment d’écrire ces lignes, l’essence du problème n’est toujours pas claire, qui se manifeste par des douleurs thoraciques pendant la majeure partie de la journée, des difficultés à respirer mais aussi à parler.
  7. Un affaiblissement important de la vision, qui a commencé il y a environ six mois (j’écris ces mots le lundi 19 avril 2021).

7) Données personnelles supplémentaires : Âge : 48 ans.

État civil célibataire. Date de naissance : 11.11.1972.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.