Aller au contenu
Home » plugin optinmonster.com.

plugin optinmonster.com.

À:

Matière: opérations supplémentaires.

Chers Madames/ Messieurs.

Je suis propriétaire du blog disabled5.com qui traite de la question des personnes handicapées. Le blog a été construit sur le système wordpress.org et stocké sur les serveurs de servers24.co.il

J’ai lié le blog avec mon compte dans google analytics que j’ai ouvert, en utilisant un plugin WordPress dédié à cet effet.

Lorsque j’ai installé le plugin (et l’intention était de lier mon blog à Google Analytics uniquement – et à aucune autre action) – plusieurs autres plugins ont également été automatiquement installés sur mon blog :

aiseo score, wpforms, trustpulse ainsi que le plugin optinmonster

Comment utiliser ces plugins pour promouvoir le site dans les différents moteurs de recherche ? Et si ces plugins ne servent pas à promouvoir directement le site dans les moteurs de recherche, quels usages peut-on en faire de toute façon ?

Salutations,

assaf benjamini.

post Scriptum. 1) Lien vers mon blog :https://disability5.com

2) Lien pour télécharger le plugin optinmonster depuis la boutique de plugins WordPress :

https://www.disability5.com/wp-admin/admin.php?page=optin-monster-settings

A. Voici le message que j’ai envoyé aux professeurs de diverses universités dans le domaine des études arabes et islamiques :

À:

Matière: J’ai appliqué.

Chers Madames/ Messieurs.

J’envoie l’appel à divers endroits. J’aimerais connaître votre opinion sur le sujet que j’aborde ici.

Salutations,

assaf benyamini.

Voici le message que j’ai envoyé à divers endroits :

À:

Matière: Une proposition de sujet de recherche.

Chers Madames/ Messieurs.

J’ai entendu parler dans les médias (je ne sais plus où ni quand) du sujet sur lequel je vais écrire dans les lignes qui suivent – et il est peut-être possible de le proposer comme sujet d’enquête journalistique – bien sûr s’il y a des journalistes qui serait intéressé à s’en occuper.

Je tiens à souligner que je ne suis ni journaliste ni professionnel dans le domaine – et j’écris ce message uniquement à titre de suggestion – et rien au-delà.

Et pour le sujet en lui-même :

Comme nous le savons, lors de la guerre des Six jours, en juin 1967, l’État d’Israël a capturé la Cisjordanie, la péninsule du Sinaï et les hauteurs du Golan. Jusqu’à peu de temps avant l’occupation du plateau du Golan par ISRAËL, y vivait une population (probablement une population turkmène – mais il peut s’agir d’une population d’une autre nationalité ou religion) qui comptait plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Lorsque les forces de Tsahal sont arrivées dans la région, cette population n’était pas là. L’affaire est extrêmement énigmatique : personne n’a d’explication à ce mystère : comment est-il possible qu’une population de plusieurs dizaines de milliers de personnes disparaisse tout simplement d’un coup ?

Bien sûr, il pourrait y avoir plusieurs explications possibles, mais personne ne sait ce qui s’est réellement passé :

Une possibilité est qu’ISRAËL les ait expulsés vers le territoire syrien, mais il y a un problème avec cette explication : si c’était effectivement le cas, alors comment se fait-il que les médias arabes à cette époque (et comme nous le savons, le font dans une certaine mesure ou un autre encore aujourd’hui) l’a complètement ignoré – et en tout Dans les années qui se sont écoulées depuis lors, Ce média n’a pas mentionné le problème, et n’a pas essayé de l’utiliser contre ISRAËL – comme on pouvait s’y attendre dans une telle situation ?

La deuxième possibilité est, bien sûr, qu’il y ait eu un départ organisé de cette population vers d’autres régions de la Syrie peu avant la guerre, et si c’est effectivement ce qui s’est passé, la question se pose de savoir s’il y a eu une sorte de coordination entre entre eux et ISRAËL – et si oui, quels étaient les intérêts communs qui ont conduit à une telle démarche.

Et l’autre possibilité est, bien sûr, que le régime syrien, peu de temps avant le déclenchement de la guerre, ait fait en sorte que cette population quitte la région (ou l’ait effectivement expulsée) – alors la question se pose de savoir pourquoi cela a été fait et quels intérêts ça a servi.

Et une autre chose déconcertante est le silence des médias : depuis lors jusqu’à aujourd’hui, à l’exception des médias arabes, tous les autres médias, en ISRAËL ou dans le monde, ne mentionnent pas cette affaire et il est douteux que vous puissiez en trouver un seul publié article sur le sujet – en ISRAËL ou dans le monde. Alors qu’est-ce qu’ils essaient de cacher ici ? Qui a intérêt aujourd’hui encore à taire l’affaire et à ne pas en parler ?

Et pour résumer : beaucoup de questions – et le mystère reste le même dans les 50 ans qui se sont écoulés depuis lors jusqu’à aujourd’hui – 12 octobre 2022.

Salutations,

assaf benyamini,

115, rue Costa Rica,

Entrée La bémol 4,

Kiryat Menachem,

Jérusalem,

ISRAEL, code postal : 9662592.

mes numéros de téléphone : à la maison-972-2-6427757. Mobile-972-58-6784040.

Fax-972-77-2700076.

post Scriptum. 1) Mon numéro d’identification : 029547403.

2) Mes adresses e-mail : 029547403@walla.co.il ou : asb783a@gmail.com ou : assaf197254@yahoo.co.il ou : assafbenyamini@hotmail.com ou : assaf002@mail2world.com ou : ass.benyamini@yandex.com

ou : assaffff@protonmail.com ou : benyamini@vk.com ou : assafbenyamini@163.com

B. Vous trouverez ci-dessous ma correspondance avec Verdan, un guide de l’auberge “Avivit”:

14 octobre

histoire dans le pays Sur un mystère réfugiés Ramatthe Golan

Yahoo/envoyé

À:

vardhan

Vendredi 14 octobre à 17h13

Vardhan Shalom :

J’ai lu l’article. Il s’avère que les médias ISRAELIENS ont traité de la question…

Bien sûr, étant donné qu’il y a bien eu une déportation généralisée de résidents effectuée par ISRAËL, la question demeure de savoir comment il est possible que les médias arabes à l’époque n’aient pas tenté d’utiliser largement cette affaire pour attaquer ISRAËL et tentent ainsi d’agir contre nous – comme on pouvait s’y attendre. Mais bien sûr, pour vérifier cela, vous devez connaître l’arabe (et peut-être surtout l’arabe syrien) à un niveau élevé…

Pour notre prochaine rencontre, j’essaierai de penser à un autre sujet/mystère, qui n’a aucun rapport avec le sujet de cet article, afin de vous le faire remonter.

Salutations,

Et avec la bénédiction d’une joyeuse fête et de Shabbat Shalom,

assaf benyamini-un résident du logement protégé de l’auberge “Avivit”.

Le vendredi 14 octobre 2022 à 12:00:30GMT +3, vardhan < bvardhan@gmail.com > a écrit :

Le pays | Qu’est-il arrivé aux 130 000 citoyens syriens qui vivaient sur les hauteurs du Golan en juin 1967 ? Qu’est-il arrivé aux 130 000 citoyens syriens qui vivaient sur les hauteurs du Golan en juin 1967 ? Selon la version officielle ISRAÉLIENNE, la plupart d’entre eux se sont enfuis profondément en Syrie jusqu’à la fin de la guerre. Selon des documents militaires et des témoins oculaires, des milliers de personnes ont été déportées dans un transport rappelant celui des habitants de Lod et Ramla en 1948

Partagez sur Facebook Partagez et vos amis liront l’article gratuitement Partagez un article par email Partagez un article par email au-delà des talkbacks 17

donjon

Enregistrer l’article dans la liste de lecture

Lire Zen Imprimez un article de Shay Fogelman-Tserovhashi. Fogelman Soyez alerté par e-mail des articles de Shay Fogelman Alertes e-mail 29 juillet 2010 L’odeur des figues mûres vous envahit le nez dès que vous entrez dans le village de Ramataniya. Au plus fort de l’été, ils sont déjà trop mûrs et l’odeur de la fermentation est dense et oppressante. En l’absence de cueilleur, les figues pourrissent sur les arbres. Sans taille-bordures, les branches poussent à l’état sauvage, ébréchant les murs de basalte noir des maisons, brisant les cadres de fenêtres déplacés. Leurs racines effrénées font s’effondrer les clôtures de pierre qui entourent les cours. Toutes les tuiles rouges ont disparu des toits. Les pavés ont été déplacés. Des barreaux sont encore accrochés à certaines fenêtres, mais il n’y a plus de portes. Seuls les serpents d’été émergent parfois de sous les pierres d’un mur effondré, les oiseaux picorent les figues pourries et un énorme sanglier, effrayé, court le long du chemin, s’arrête un instant et tourne la tête en arrière, comme s’il débattait entre revendiquer la propriété de la terre ou fuir pour sauver sa vie. A la fin il s’enfuit.

De toutes les dizaines de colonies et de villages syriens laissés à l’abandon dans le Golan après la guerre des Six jours, Ramataniyeh est considéré comme le village le mieux préservé. Probablement plus en raison de la courte implantation juive à la fin du XIXe siècle et moins en raison de son passé byzantin, il a été déclaré site archéologique immédiatement après la guerre et a été sauvé des dents des bulldozers.

Lors du recensement de la population syrienne effectué sur les hauteurs du Golan en 1960, il y avait 541 habitants à Ramatania. A la veille de la guerre des Six Jours, environ 700 personnes y vivaient. Selon la plupart des estimations, entre 130 000 et 145 000 habitants vivaient dans toute la zone du Golan occupée par Israël en 1967. Lors du premier recensement de la population israélienne, qui a été effectué exactement trois mois après la fin des combats, seuls 6 011 citoyens ont été dénombrés dans tous les territoires du Golan. Ceux-ci vivaient principalement dans les quatre villages druzes qui restent habités à ce jour et leur minorité dans la ville de Quneitra, qui a été rendue à la Syrie après la guerre du Yom Kippour.

– Publicité –

La naissance d’un récit

Les meilleurs articles, mises à jour et commentaires, chaque matin directement par e-mail *

nbnimrod@gmail.com

Veuillez saisir une adresse e-mail pour vous inscrire

“Le déplacement massif des résidents syriens a eu lieu pendant la guerre et dans le cadre de celle-ci. Ici, l’attaque israélienne a été frontale et les Syriens, qui se sont retirés pas à pas, ont entraîné avec eux la population civile”, écrit Moshe Dayan, alors ministre. de la Défense, dans l’article “The Seventh Day”, publié dans le magazine américain “Life” deux mois après la guerre. L’article traite de l’avenir des territoires occupés, mais Dayan décrit en détail sa version de la disparition des habitants du Golan. “Lorsque l’armée syrienne est arrivée sur son chemin vers une chaîne de villages, les habitants se sont dépêchés de les évacuer. Ils ont emmené leurs familles et leurs familles et ont fui vers l’est, de peur qu’ils ne soient entre les lignes et ne soient touchés par les obus de canon et les bombes aériennes . L’incursion israélienne en Syrie s’est déroulée sur toute la longueur du front syrien, de la frontière jordanienne au Liban et à une profondeur d’une vingtaine de kilomètres. Et cette zone, en dehors des villages druzes, désormais vide de civils.”

Les politiciens, militaires et autres orateurs officiels de l’époque ont également décrit de la même manière la population syrienne fuyant le Golan. Gideon Raphael, le représentant d’Israël auprès de l’ONU, par exemple, a répondu dans une lettre envoyée au Secrétaire général de l’ONU aux affirmations du représentant syrien selon lesquelles des milliers de civils avaient été chassés de chez eux dans les mois qui ont suivi la guerre et a noté que « la plupart des la population des hauteurs du Golan a fui avant même le retrait des forces syriennes.”

Les journaux de l’époque suivaient un esprit similaire. “La majorité de la population arabo-musulmane a fui avant même l’entrée de Tsahal”, écrit Yoel Der dans le journal “Davar”, un mois après la guerre. Selon lui, “cette fuite n’était pas accidentelle, puisque ces colonies avaient un caractère semi-militaire”. Dans l’article de Yehuda Ariel dans “Haaretz”, fin juin, il était affirmé que “les villages de Ramah ont tous été anéantis sans exception, tout le monde avait peur de la vengeance”.

Haim Izek, journaliste de “Davar”, qui, environ un mois après la guerre, a fait une tournée de presse dans le Golan au nom de l’armée et accompagné d’officiers, a été étonné de décrire cela. À propos de leur visite à l’avant-poste et au village de Jalbina, qui, selon le commandant syrien, comptait environ 450 habitants à la veille de la guerre, il a écrit : “Les soldats ont été tués, ou capturés, ou se sont enfuis. Et parmi les évadés était aussi toute la population non combattante. Les femmes, les enfants et les personnes âgées qui étaient ici. Les seules âmes qui restaient pour s’échapper dans cet avant-poste sont les animaux de la ferme abandonnés, errant sur les chemins et les boulevards assoiffés et affamés. Un petit veau s’approche de notre voiture . En face de nous, deux ânes maigres se tiennent debout et nous regardent, et alors que nous quittons le village, un chien nous regarde qui a oublié d’aboyer.

Dans un numéro spécial de “Talk of the Week”, pour marquer l’anniversaire de l’occupation du Golan, Ruth Bundy a écrit : “Les villages arabes le long des routes sont abandonnés… tout le monde a fui jusqu’au dernier homme avant l’arrivée des FDI sur la scène, par peur du cruel occupant. Le sentiment à la vue des villages abandonnés oscille entre le mépris devant les cases minables des Hamra – celui que le régime « progressiste » a su donner à ses paysans – et entre le chagrin à la vue des maisons relativement bien entretenues du village circassien d’Ein Zivan – imbéciles, pourquoi ont-ils dû s’enfuir; Entre un sentiment de bien-être que les territoires sont vides de monde et tous nos problèmes, 70 000 musulmans de plus n’ont pas été ajoutés au plateau,et entre une sensation de malaise devant un abreuvoir sec et un verger abandonné, devant un grand figuier près d’une maison au toit rouge, devant toutes ces marques de travail et d’attention, qui restent comme des témoignages de personnes qui adoré leur maison.”

Au fil des ans, ce récit a également imprégné la non-fiction et les livres d’histoire israéliens. Dans le livre “Histoire du Golan”, le chercheur Natan Shor, qui a écrit plus d’une vingtaine de livres et plus d’une centaine d’articles sur l’histoire de la Terre d’Israël, a choisi de citer la cinquième lettre qu’Israël a envoyée à l’ONU Sécurité Conseil en réponse aux revendications syriennes concernant la déportation de civils. Il a écrit : “Avant leur retrait, les autorités ont donné l’ordre aux habitants des villages du Golan d’abandonner leurs maisons et leurs biens, et de quitter immédiatement leurs villages pour s’exiler dans les territoires syriens. Seuls les habitants des villages druzes de le nord du Golan n’a pas obéi à cette consigne. De tous les autres villages, les habitants ont disparu comme un geste de la main.

Au fil des ans, d’autres témoignages ont également fait surface de temps à autre, des histoires de militaires et de civils qui se trouvaient alors dans le Golan et qui ont été des témoins directs ou ont pris une part active à la déportation initiée de civils. Et étonnamment, même dans les études historiques considérées comme sérieuses, les écrivains avaient l’habitude d’ignorer ces témoignages et de s’en tenir au récit d’évasion. “J’ai entendu des preuves que les choses n’étaient pas aussi officielles qu’Israël nous l’a dit toutes ces années”, déclare un chercheur majeur dans le domaine, qui a publié l’un des livres les plus importants écrits sur le Golan il y a quelques années. “Je ne m’en suis pas occupé consciemment et j’ai décidé de m’en tenir au récit existant. J’avais peur que toute l’attention qui serait créée autour du livre, se concentre sur cette question et non sur le cœur de la recherche.”

Un autre historien a expliqué qu’il suivait le courant en ne voulant pas être qualifié d ‘«historien de gauche». Il affirme qu'”il y a eu une évasion et il y a eu une déportation. Bien que ce soit un sujet considéré comme controversé, quiconque a fait des recherches sur la période sait exactement qu’il y a eu les deux. Les preuves de la déportation et de l’empêchement du retour m’ont probablement également atteint, mais Je n’avais pas les outils pour les étudier en profondeur, et ce n’était pas au centre de ma recherche, c’est pourquoi je n’ai pas vu l’intérêt de creuser la question ni d’écrire jamais à ce sujet, principalement pour éviter d’être étiqueté comme un historien. qui a pris position sur la question complexe.”

Evadez-vous dans les champs

Comme sur les fronts égyptien et jordanien, la victoire israélienne en 1967 fut aussi rapide et écrasante sur la scène syrienne. Dans les 30 heures qui ont suivi les combats, du matin du 9 juin jusqu’à l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, le lendemain à 18h00, les forces de Tsahal ont pris le contrôle d’une bande de terre d’environ 70 kilomètres de long et 20 kilomètres de profondeur en moyenne. L’armée syrienne, qui était retranchée et bien équipée sur toute sa longueur et la largeur du front, s’est largement désintégrée avant même de rencontrer les forces attaquantes, alors même qu’elle bénéficiait d’un avantage topographique.

L’attaque au sol a été précédée de trois jours de bombardements d’artillerie et de bombardements aériens. De nombreux avant-postes syriens ont été endommagés par les bombardements, tout comme un nombre important de maisons, de granges et d’installations civiles dans les villages proches. Bien sûr, il y avait aussi des blessures mentales. Ces jours-ci, un exode de civils vers Damas a commencé – plusieurs milliers selon la plupart des estimations.

Après trois jours de bombardements continus, le moral des combattants syriens dans les avant-postes était au plus bas. Les ordres du quartier général de l’armée à Damas sont hésitants et parfois contradictoires. Aucun renfort n’était en vue. C’est alors que l’expérience militaire a également commencé. Selon des preuves recueillies en Syrie après la guerre, dans un premier temps, les soldats de l’administration ont fui le port d’attache. À leur suite, des officiers supérieurs du quartier général de la division à Quneitra et les commandants de certaines des unités de première ligne se sont également retirés. Plusieurs centaines ou milliers d’autres citoyens, membres de leurs familles, sont partis avec eux. Avec le début de l’attaque terrestre israélienne, le flux de réfugiés a augmenté.

Il ne fait aucun doute que de nombreux citoyens syriens ont rejoint les forces armées en fuite avant et après l’attaque israélienne. Beaucoup, mais pas tous. Selon une estimation syrienne faite environ une semaine après la guerre, seuls 56 000 citoyens environ ont quitté le Golan à ce stade. Quelques jours plus tard, le 25 juin, le ministre syrien de l’Information, Muhammad al-Zouabi, affirmait lors d’une conférence de presse à Damas que seuls 45 000 civils avaient quitté la zone occupée. Dans le feu de l’action, aucun enregistrement ordonné de ceux qui sont partis n’a été fait et aujourd’hui il est impossible de vérifier ou de nier les données, mais aussi d’après les témoignages de soldats israéliens, il devient clair qu’un nombre important de résidents syriens sont restés dans tout le Golan. .

“Je me souviens que nous en avons vu des dizaines et parfois même des centaines dans les champs, à l’extérieur des villages”, raconte Elisha Shalem, commandant du 98th Reserve Parachute Battalion. Après que son bataillon ait participé à l’occupation du nord de la Samarie, ses soldats ont été largués d’hélicoptères le dernier jour de la guerre dans le sud du Golan, dans la zone où se trouve maintenant le kibboutz Mitzer. “Notre objectif était de pénétrer aussi profondément que possible dans le Golan avant que le cessez-le-feu n’entre en vigueur”, dit-il. “Nous ne nous préoccupions guère d’occuper des avant-postes ou des villages. Le nombre d’incidents de feu avec les Syriens était très faible dans notre secteur, ils étaient principalement occupés à battre en retraite. En même temps que nous atterrissions des hélicoptères, une force de chars et une compagnie de patrouille sont également venues de la vallée du Jourdain et dès que nous avons rejoint les véhicules, nous nous sommes rapidement déplacés vers l’est, principalement sur les routes principales. Nous ne nous sommes pas attardés en chemin, nous n’avons donc pas vraiment pu mesurer l’ampleur du phénomène. Mais tout au long de notre mouvement vers l’est, tous les villages, grands et petits, que nous avons traversés semblaient déserts. Les camps militaires étaient également complètement vides, à l’exception de quelques soldats individuels qui se sont rendus immédiatement lorsqu’ils nous ont vus. Mais je me souviens avec certitude que nous avons vu des centaines d’habitants dans les champs et à l’extérieur des villages. Ils nous ont observés depuis le terrain, à distance de sécurité, attendant de voir ce que la journée apporterait. La population civile n’a pas participé au jeu, ni ici ni ailleurs sur les hauteurs du Golan. Bien qu’officiellement la section disposait d’armes, nous n’avions pas

Shalem estime que les habitants ont quitté les villages dès le début des bombardements, mais selon lui, ils ont probablement attendu dans la région pour rentrer chez eux après la fin des combats : « C’est un comportement que nous connaissions lors des précédentes occupations en la guerre. En Samarie, c’était un schéma assez courant. Le Yishouv, pour voir où vont les choses. C’étaient pour la plupart des gens simples, ce n’étaient certainement pas de grands politiciens et en l’absence de tout leadership, ils ont fait le plus nécessaire pour protéger leurs maisons et leurs biens. »

La description de Shalem est étayée par la plupart des témoignages des combattants interrogés pour l’article. Presque tous ceux qui ont sorti la tête de leur APC ou de leur char se souviennent des centaines de citoyens syriens qui se sont rassemblés à l’extérieur des colonies, au cours des deux jours de combats dans le Golan. Selon les preuves, de nombreux citoyens se sont déplacés vers l’est en convois, parfois avec l’armée en retraite, mais beaucoup sont restés, espérant que la vie civile Ils reprendront leur cours même sous le règne de l’occupant.

Nostalgie circassienne

“Le jour où les chars ont commencé à occuper le Golan, nous avons rassemblé un petit paquet de choses et sommes allés dans les champs”, raconte Nadi T., qui est né et a grandi dans le village de Ramataniya. Il avait 13 ans lorsque la guerre éclata. Selon lui, à l’exception de quelques personnes âgées et malades qui sont restées à la maison, tous les habitants du village se sont comportés ainsi ce jour-là. “Nous avons pris quelques affaires, principalement de la nourriture, des couvertures et des vêtements, car les nuits de juin peuvent être froides dans le Golan. Je voulais aussi prendre mes cahiers et deux livres que j’ai empruntés à un ami qui vit à Hoshniyeh, mais le père dit que cela ne servait à rien, car nous rentrerons bientôt à la maison et je ne devrais prendre que les choses que je dois vraiment”.

À ce jour, Nadi regrette de ne pas avoir pris les cahiers. Il y écrivit un journal d’enfance qui disparut. Avec lui sont partis les livres, le nouveau vélo que son oncle lui a acheté à Damas et une médaille d’or au 100 mètres, que Nadi a remportée lors d’une compétition de district organisée à Quneitra, quelques mois avant la guerre. Mais les souvenirs n’ont pas disparu. “Nous avions une belle vie à Ramatania, une vie simple et modeste, sans télévision et tout le luxe avec lequel les enfants grandissent aujourd’hui. C’est peut-être la nostalgie des soixante ans, mais tous mes souvenirs de Ramatania ne sont peints que de belles couleurs. Enfant, j’allais me baigner à la source qui jouxtait le village. Aujourd’hui encore, je me souviens du goût de son eau. Nulle part au monde je n’ai rencontré une eau aussi bonne. J’avais aussi l’habitude de faire beaucoup de promenades dans les champs autour du village et quand j’avais dix ans j’ai construit une maison en bois entre les branches d’un des figuiers qui poussaient dans notre cour. J’avais beaucoup d’amis dans le village et dans la Khoshaniye voisine, où j’étudiais le livre à la maison.

“L’agriculture était la principale source de revenus des villageois”, explique Nadi. “Enfants, dès notre plus jeune âge, nous travaillions dans les champs. Pour nous, c’était surtout un jeu et nous aimions aider nos parents à travailler sur les parcelles, qui étaient très petites. Il n’y avait pas de tracteurs ou d’autres équipements mécaniques pour les travaux agricoles. Autant que je me souvienne, il n’y avait même pas de pompes à eau. La plupart des parcelles étaient irriguées par des canaux qui sortaient d’une des deux sources qui se trouvaient à proximité du village. Il n’y avait de l’électricité dans les maisons que le soir, lorsqu’elles Nous allions à Quneitra. Il y avait là un grand cinéma et de nombreux magasins. Nous allions à Khoshaniye à pied ou à vélo. Parfois, nous montions des ânes ou des chevaux.

Pendant trois jours, Nadi est resté avec son chien Khalil, ses quatre frères, ses deux parents et sa vieille grand-mère dans les champs près de Ramataniya, veillant sur la maison, essayant d’évaluer quel serait leur sort. Il raconte que la nuit, son père revenait au village pour traire les deux vaches de la famille et apporter des morceaux de viande séchée et un pot de confiture que sa mère avait l’habitude de brasser à partir de figues. Mais il n’a pas été autorisé à rejoindre son père et n’est jamais rentré chez lui.

Nadi était le fils d’une des rares familles circassiennes qui vivaient à Ramatania. Tous les autres habitants du village étaient d’origine turkmène. Il vit aujourd’hui dans le New Jersey, dans la petite communauté circassienne qui a émigré aux États-Unis après la guerre. Certains membres de sa famille vivent toujours en Syrie, il n’est donc pas prêt à révéler son nom complet ou à être photographié pour l’article.

Comme à Ramatanya, également dans d’autres colonies du Golan, la population était principalement homogène. Dans cinq villages du nord, par exemple, juste au pied du mont Hermon, vivaient des Druzes. Les Alaouites vivaient dans trois villages à l’ouest d’eux, dont l’un, Reger, a survécu jusqu’à ce jour. Dans la région de la ville de Quneitra, il y avait 12 villages circassiens et au sud d’eux 14 autres villages turkmènes. Les chrétiens vivaient principalement dans les colonies le long de la route qui menait du sud du plateau au carrefour de Raphid. Il y avait aussi des Arméniens, des Kurdes, des Mughrebs et des Huranis sur les hauteurs du Golan.

Près de 80 % des habitants étaient des musulmans sunnites, pour la plupart des descendants de tribus nomades venues faire paître leurs troupeaux au XIXe siècle. La plupart d’entre eux ont vu que c’était bon et ont établi des colonies permanentes. Seuls deux pour cent des habitants du Plateau en 67 étaient des nomades. Plus de 7 000 réfugiés palestiniens dont les villages ont été détruits pendant la guerre d’indépendance vivaient également dans le Golan.

La plupart des habitants vivaient dans de petits villages agricoles, avec environ 200 à 500 habitants. Les 20 000 habitants de la ville de Quneitra vivaient également principalement du commerce des produits agricoles ou de la transformation des matières premières locales. Contrairement à l’opinion populaire en Israël, mais sur la base de la plupart des études et des témoignages, seule une petite minorité des habitants était employée par le système de sécurité syrien.

A la veille de la guerre, il y avait 3 700 vaches, un à deux millions de moutons et de chèvres (selon la saison) et 1 300 chevaux dans le Golan, comme il ressort des documents de la succursale du ministère syrien de l’Intérieur à Quneitra. Des documents qui ont été pillés, nous pouvons apprendre qu’en 1966, pas un seul tracteur n’a été acheté dans tout le Golan. Un seul nouvel outil agricole mécanique apparaît dans les listes statistiques de cette année-là, sous la catégorie « pulvérisateur à moteur ».

Les dix premiers jours

“Les villageois retournent chez eux”, a rapporté le 16 juin Zeev Schiff, l’écrivain militaire de Haaretz. “Hier, ils ont commencé à permettre aux villageois qui se cachaient dans la région de retourner dans leurs villages. Sur les routes plates, des villageois ont été vus marchant avec leurs secoueurs vers les villages. Ils ont également mis à disposition des camions pour que les femmes et les enfants les emmènent dans les villages.”

A la fin de la semaine, Adit Zertal a décrit ce qu’elle a vu à Davar HaShavu : « D’une des collines qui descend sur la route, sur un étroit chemin de terre, une étrange caravane apparaît soudain, du moins aux yeux de ceux qui ont pas encore vu de telles choses. Des femmes, des enfants et des vieillards marchent ou montent sur des ânes. Ils ont suspendu chaque morceau de tissu blanc et chaque morceau de papier blanc qu’ils ont trouvé dans leurs conteneurs à des bâtons et les ont agités en signe de reddition. ils sont montés sur la route, un bus Egged plein de soldats israéliens descendant vers la vallée est arrivé sur les lieux. Les gens du convoi, tremblant de peur, se sont accrochés aux côtés du bus, se sont serrés contre eux et ont agité leurs mains vers le fenêtres. Ils criaient : “Dhilkum ! Dhilkum ! Que Dieu t’aide !” Les soldats fatigués et poussiéreux, qui ont combattu ici hier et vaincu la montagne dangereuse, qui ont combattu ici aujourd’hui contre les soldats qui se sont cachés dans les maisons des villageois qui demandent maintenant grâce, tournez la tête. Ils ne peuvent pas voir le spectacle terrible de l’humiliation et de la reddition. Un officier israélien dit aux rapatriés de rentrer chez eux et promet au vieil homme, qui monte sur un âne à la fin de la caravane, car aucun mal ne leur arrivera.

Mais l’attitude de la puissante armée et de la mission a changé avant même que les journaux ne soient imprimés. En fait, le jour même où les journalistes militaires ont visité le Golan et décrit le retour des habitants dans les villages, le lieutenant-colonel Shmuel Admon, le commandant militaire responsable de la région, a émis un ordre déclarant l’ensemble des hauteurs du Golan un zone fermée. “Nul ne doit entrer dans la zone des hauteurs du Golan depuis une zone située à l’extérieur de celle-ci, et personne ne doit quitter la zone des hauteurs du Golan vers une zone située à l’extérieur, sauf avec un permis délivré par le commandant des forces de Tsahal dans la région”, indique le décret. , et une peine de cinq ans de prison est prévue pour ceux qui la violent.

La circulation des citoyens syriens est interdite. Les documents du gouvernement militaire montrent comment des dizaines d’habitants qui tentaient de rentrer chez eux étaient arrêtés chaque jour et traduits devant le tribunal de Quneitra. Là, la plupart d’entre eux ont témoigné qu’ils n’étaient venus que pour récupérer les biens restants. D’autres ont dit que leur intention était de rentrer chez eux. Tous ont ensuite été bannis et déportés.

Mais ceux qui réussissaient à s’infiltrer, découvraient parfois qu’ils n’avaient nulle part où aller. “Je ne me souviens pas exactement quand c’était, mais quelques jours après la fin des combats, peut-être même moins d’une semaine, nous avons reçu l’ordre de commencer à détruire des villages”, raconte Elad Peled, commandant de la 36e division dans le guerre. Pendant dix jours après la fin des batailles, sa division était responsable de la zone occupée du Golan. Peled ne se souvient pas qui étaient les forces qui ont détruit les maisons. “C’était une affaire administrative, j’étais occupé par les aspects de guerre”, dit-il, mais il estime qu’il s’agissait des tracteurs du bataillon du génie qui était subordonné à sa division. “Certaines maisons n’avaient pas du tout besoin d’un tracteur. Cela aurait pu être fait avec un tracteur”, commente-t-il.

Selon Peled, il y avait une politique claire qui venait du commandement, “et cela devait venir du niveau politique”, de ne pas nuire aux villages druzes et circassiens du Golan. “Pour de nombreuses raisons, l’État avait intérêt à les garder là-bas”, dit-il, mais il ne se souvient pas quelle était la politique vis-à-vis des autres résidents. Le livre des documents le sait.

À la fin de la guerre, les officiers du quartier général de la division Peled ont rédigé un rapport de guerre décrivant le déroulement des batailles. Dans le dernier chapitre, dans la section intitulée “Contrôle gouvernemental”, les actions de la division vis-à-vis de la population civile pendant les dix jours où le Golan était sous son contrôle sont décrites, entre autres.

“A partir du 11 juin, l’administration a commencé à traiter la population restée dans le territoire occupé, en mettant l’accent sur les minorités druze et circassienne…”, indique le rapport, dont la classification de sécurité était “top secret” et se trouve actuellement dans les archives de Tsahal. . Les facteurs qui lui ont permis d’être vu par le public avant que 50 ans ne se soient écoulés, comme il est d’usage pour les documents sensibles, ont supprimé la poursuite du procès. La suite supprimée de la phrase, comme on peut le voir dans le document original, était “ainsi que l’évacuation de la population restante”.

Peled ne se souvient pas de la section du rapport, ni des ordres donnés en la matière. Mais selon lui, environ 20 000 civils sont restés sur les hauteurs du Golan dans les premiers jours après la guerre. “Ils ont été évacués ou abandonnés lorsqu’ils ont vu que les villages commençaient à être détruits par les bulldozers et qu’ils n’avaient nulle part où retourner.” Peled He ne se souvient pas des noms des villages qui ont été détruits et dans quelle région ils se trouvaient, mais d’après les témoignages recueillis par divers comités de l’ONU auprès de citoyens syriens ces dernières années, il est possible que dans la première phase après la guerre, seuls les villages qui ont été près de l’ancienne frontière ont été détruits.

Zvi Raski , qui était le commandant de Gush Tel Hai pendant la guerre et l’une des personnes les plus proches du général commandant David (Dado) Elazar , est resté dans le PAK commandant tout au long des combats. Selon lui, “nous avons également fait sauter des maisons immédiatement après la fin des combats, presque partout où nous le pouvions”. Yehuda Harel, l’un des premiers colons israéliens à Ramah, se souvient de la destruction du village de Nias immédiatement après la guerre. Eli HaLhami, qui était alors chargé du renseignement militaire en Syrie, au Liban et en Irak à l’Amman, estime qu'”il s’agissait surtout de villages avec lesquels nous avions un compte depuis l’époque de la guerre de l’eau, des villages d’où il pleuvait du feu sur les colonies israéliennes ou celles d’où sont sorties des escouades pour mener des attaques et des attentats en Israël.”

Amnon Assaf, membre du kibboutz Maayan Baruch, qui fut apparemment l’un des premiers citoyens israéliens à monter sur le Plateau, fait la lumière sur la fin du processus de démolition des villages proches de la frontière au sud du Plateau et le sort de leurs habitants. “C’était dans les tout premiers jours après la guerre. Je suis allé avec un ami du kibboutz sur les hauteurs du Golan. Nous avions un ami de Mashek qui servait dans une patrouille blindée et depuis qu’ils sont montés sur le Golan, nous n’avons pas entendu parler quoi que ce soit de sa part, sauf le fait qu’il se trouvait peut-être dans la région de Netaf. Les citoyens israéliens n’étaient pas autorisés à monter sur les hauteurs du Golan à l’époque, alors nous avons appliqué de la boue sur notre jeep pour que les soldats pensent que c’était un véhicule militaire. et ne pas nous arrêter. Lorsque nous passâmes sur la route qui contourne le Kinneret, en contrebas, sous les falaises du plateau, dans la région de Kursi, nous avons vu un grand rassemblement de civils syriens. J’estime qu’il y en avait plusieurs centaines. Ils étaient rassemblés devant des tables derrière lesquelles étaient assis des soldats. Nous nous sommes arrêtés et avons demandé à l’un des soldats ce qu’ils faisaient. Il a répondu qu’ils s’enregistraient avant l’expulsion.

“Je ne suis pas une personne au cœur tendre, mais même à ce moment-là, j’ai senti que quelque chose n’allait pas ici. Je me souviens encore aujourd’hui, même alors, cette pièce m’a fait une mauvaise impression. Mais c’était de facto comme c’était à Lod, Ramla et d’autres endroits pendant la guerre d’indépendance. J’étais dans le bataillon Le troisième du Palmach dans cette guerre et bien que j’aie été blessé au combat avant l’occupation de Lod et Ramla, je savais que c’était ce que mes amis Ils me parlaient de la déportation lorsqu’ils venaient me rendre visite à l’hôpital et, bien sûr, dans les années qui suivirent.

Nadi T. et sa famille ont également quitté le Golan à cette époque. “Après la fin de la guerre, nous sommes restés environ une semaine de plus chez nos proches à Khoshniyeh. Il nous était interdit d’entrer à Ramtaniyeh. Au début, mon père se faufilait encore chaque nuit pour traire les vaches, mais un jour, il est revenu bouleversé et a dit que les soldats avait tiré sur lui. Il a dit que Benes avait survécu aux coups de feu et avait vu que l’un des habitants qui l’accompagnait avait été touché et était tombé dans le champ. Le lendemain, il a osé se faufiler à nouveau. Il a libéré les vaches de la grange, se sont rassemblées dans une couverture quelques vieilles photos, des livres religieux et des bijoux de sa mère qui étaient cachés dans l’un des murs. Peut-être le lendemain ou deux jours plus tard, des soldats israéliens sont venus et ont rassemblé tous les habitants restants de Khoshniyya. Je me souviens qu’ils parlé longuement avec mon père et les autres hommes.

Les derniers habitants

Au cours des mois de juillet et septembre, des résidents syriens ont parfois été vus se déplaçant ou se cachant autour des hauteurs du Golan, mais l’armée a fait de son mieux pour limiter leurs déplacements. Le 4 juillet, le général commandant a émis un ordre ordonnant un couvre-feu civil dans toutes les régions du Golan “entre six heures du soir et cinq heures du matin le lendemain”. Le même jour, il a publié deux ordonnances supplémentaires restreignant la circulation des citoyens. On a défini la “zone résidentielle des habitants de la ville de Quneitra” et les a délimités au quartier chrétien de la ville uniquement. Le deuxième décret a déclaré la “zone villageoise” une zone fermée et a interdit l’entrée ou la sortie des citoyens d’une grande zone au centre du plateau et au sud.

Menachem Shani, qui a été l’un des premiers colons au cœur du Nahal à Laika, est arrivé dans la région au cours de cette période. “Notre première tâche a été de rassembler le bétail abandonné qui se trouvait partout sur les hauteurs du Golan. En fait, il y avait principalement des vaches mais aussi des moutons et des chèvres. La plupart des habitants des villages ont fui et ont laissé les animaux en liberté. Nous les avons rassemblés dans un grand corral près de la source de notre résidence.”

A cet effet, Shani et ses amis erraient principalement dans la zone qui part “de Khoshaniye au sud jusqu’à la zone des villages druzes au nord”. Shani se souvient qu'”une fois que nous avons rencontré un groupe de jeunes dans la région du village d’Ein Zivan, ils étaient en route pour la Syrie avec un chameau avec des canapés, des tapis et probablement tous leurs biens dessus. Nous avons également vu un certain nombre de habitants de Sindiana et ainsi de suite dans un certain nombre de villages dont j’ai déjà oublié les noms. Parfois, nous atteignions des villages qui semblaient Les habitants les ont quittés quelques jours avant notre arrivée. Nous avons trouvé des pots avec de la confiture et des briques dans les maisons. À à l’entrée de chaque maison il y avait des marmites disposées pour l’eau potable, certaines étaient encore pleines.Les habitants qui restaient dans les villages étaient très seuls.

“Nous avons colonisé un terrain qui était au cœur du consensus à l’époque. Les gens nous regardaient avec admiration comme les premiers colons. Nous nous sentions comme des pionniers. Nous nous sommes mesurés aux équipements mécaniques qui ont servi à construire le tracé de l’inclinaison syrienne. Et il n’arrêtait pas de prétendre que saisir la terre, c’est la labourer. “Le sillon est ce qui lie l’homme à la terre”, disait-il.

“Je me souviens avoir conduit une fois un gros tracteur Alice avec des chaînes dans la région du village circassien de Mansoura et unir les parcelles. La population syrienne cultivait la terre en petites parcelles et sans moyens mécaniques, et nous avons dégagé les clôtures qui étaient entre les parcelles pour créer de grands champs adaptés au travail avec des tracteurs.A Mansoura Il restait peut-être une des dernières familles, et quand j’ai failli détruire les clôtures de sa parcelle, le villageois est sorti vers moi, il est venu devant moi avec les mains levées et se tenait devant ce monstre. Il se tenait à ce moment devant l’homme qui se sentait le plus juste au monde et il a vu comment toute sa petite parcelle de maïs était écrasée par les chaînes du tracteur.

Amnon Assaf, parti immédiatement après la guerre pour chercher son ami de la patrouille blindée, est également revenu au Golan peu de temps après. Il a travaillé dans l’une des deux équipes d’arpenteurs de l’Autorité des Antiquités qui sont allés arpenter les terres occupées. “Pendant des jours, nous allions de village en village à la recherche de vestiges archéologiques et de signes indiquant d’anciennes colonies avec des constructions secondaires, c’est-à-dire des pierres prélevées sur des sites archéologiques pour construire les maisons existantes. Parfois, nous voyions des empreintes humaines. Parfois, nous voyions des signes de J’estime que la plupart des citoyens syriens pendant cette période Ceux qui sont restés dans le Golan se cachaient de nous. Nous conduisions une jeep et ils n’avaient aucune idée de qui nous étions et avaient probablement peur. Dans le village de Suriman, par exemple, qui était un beau village circassien au sud de Quneitra, il y avait une mosquée très impressionnante. Nous l’avons visité plusieurs fois. Au début, il y avait encore des civils, mais après un certain temps, ils ont tous disparu. Même à Ramatania, j’ai vu des gens seuls deux mois après la guerre.”

Quelques semaines après sa première visite à Ramatania, Assaf est retourné au village et a découvert qu’il était déjà abandonné. “Le village avait l’air d’avoir été abandonné il y a quelques heures. La plupart des maisons avaient encore des biens, des meubles, des ustensiles de cuisine, de la literie, des tapis et des objets personnels des gens qui y vivaient. Chevaux et vaches erraient affamés et assoiffés à l’extérieur du village. Beaucoup de chiens errants s’y trouvaient également. C’était un village relativement impressionnant, avec une construction très dense et de beaux bâtiments en pierre. Je me souviens surtout que nous arrivâmes à une grande étable dont les murs étaient constellés de pierres sculptées et décorées qui provenaient probablement d’un synagogue détruite. Il m’a fallu beaucoup de temps avant de trouver un moyen de les photographier dans l’obscurité. Des pierres similaires ont été utilisées comme cadres de fenêtres pour les maisons.

Il existe des témoignages supplémentaires d’Israéliens qui étaient présents dans le Golan dans les premiers mois après la guerre, et selon lesquels des habitants ont également été vus dans les villages de Jalabina, Hoshniyeh, Pik, Dabach, El Al, West, Mansoura, Kele et Zaora . “Deux mois après la guerre, il y avait encore des agriculteurs qui restaient pour travailler sur leurs parcelles”, raconte Emanuel (Mano) Shaked, nommé environ un mois et demi après la fin des combats au poste de commandant du le plateau. Pendant la guerre, il a également vu les villageois fuir vers les champs, et maintenant son travail consistait à les évacuer.

“Lorsque nos soldats arabophones ont été envoyés pour leur parler et leur expliquer qu’ils sont tenus d’évacuer les villages, ils ne semblent pas particulièrement en colère ou hostiles envers nous”, dit-il. “Après que les choses aient été clarifiées, nous les avons rassemblés en groupe. Nous leur avons laissé emporter quelques biens dans des sacs à dos, et parfois nous les avons même aidés avec des camions. La plupart d’entre eux sont allés à pied et certains dans des charrettes tirées par des chevaux. À Quneitra, nous les ont remis à la Croix-Rouge et aux Nations Unies, ils se sont occupés de les faire passer la frontière du côté syrien.

“Il y a eu des cas où certains ont protesté et crié, mais personne n’a osé résister et nous combattre”, dit Shaked. Il se souvient d’un cas qui s’est produit dans l’un des villages où “certains des vieillards ont dit qu’ils étaient nés là-bas et que c’est là qu’ils veulent mourir. L’un d’eux a dit qu’il avait l’intention de rester même si cela lui coûtait la vie”. les soldats arabophones leur ont parlé et nous les avons convaincus. Je ne me suis pas impliqué. Aujourd’hui, ce n’est peut-être pas le cas.

Shaked insiste sur le fait que lui et les forces qui opéraient sous ses ordres n’ont pas expulsé un seul citoyen syrien, mais confirme que selon la directive qu’il a reçue du commandement, chaque village qui se trouvait sur le territoire sous son contrôle a été dirigé vers Quneitra et de là, en coordination avec la Croix-Rouge ou les Nations Unies, il a été transféré sur le territoire syrien. Des dizaines de ces cas seuls. Les porte-parole de la Croix-Rouge affirment que tout citoyen qui a été transféré par leur intermédiaire sur le territoire syrien après la guerre est tenu de signer un document indiquant qu’il le fait volontairement. Ils ne sont pas prêts à fournir les documents signés, ou les données qui attesteraient du nombre de personnes entrant en Syrie dans ces circonstances, jusqu’à ce qu’ils soient transférés 50 ans.

Prévention du retour

Fatma Katia aurait été la dernière civile à être transférée des hauteurs du Golan vers le territoire syrien. C’était une villageoise aveugle d’une trentaine d’années qui, pendant la guerre, s’est enfuie dans les champs et s’est égarée. Pendant trois mois, elle s’est nourrie d’herbe et des fruits d’un figuier, sous lesquels elle trouvait de l’ombre, jusqu’à ce qu’elle soit retrouvée par une patrouille de soldats de Tsahal. Le correspondant du “Yediot Ahronot”, Emmanuel Alankwa, a déclaré dans un reportage publié le 3 septembre que “heureusement, une petite source a également été trouvée là-bas, donc elle n’est pas morte de soif”. Katia a été transférée à l’hôpital de Furia et ne pesait que 32 kg, indique l’article. Quelques semaines plus tard, après son retour sur l’Etna, elle a été transférée avec l’aide de la Croix-Rouge en Syrie.

À la fin de l’été 67, il n’y avait presque plus de citoyens syriens sur les hauteurs du Golan. Les forces de Tsahal ont empêché les habitants de rentrer et ceux qui sont restés dans les villages ont été évacués vers la Syrie par des intermédiaires. Le 27 août, le général commandant a émis un ordre définissant 101 villages du Golan comme “abandonnés” et interdisant l’entrée sur leur territoire. tirer ou les deux punitions.”

Toutes les deux semaines, un rapport est rédigé résumant les affaires civiles sous le gouvernement militaire du Golan. Dans le résumé des deux dernières semaines de septembre, par exemple, il est écrit que « Au cours de la période sous revue, nos forces ont ouvert le feu 22 fois pour expulser des bergers et des infiltrés qui se sont approchés de notre avant-poste. Dans des opérations supplémentaires, trois infiltrés syriens et deux Des infiltrés libanais ont été attrapés, arrêtés et emmenés pour interrogatoire.” Il est important de souligner que les rapports indiquent explicitement qu’il s’agissait de civils non armés.

Le chef de l’administration a déclaré dans le rapport que “par rapport aux dernières semaines, le nombre d’infiltrations depuis le territoire syrien a diminué – ceci à la lumière de la vigilance de nos forces qui ouvrent le feu sur les infiltrés et les bergers qui approchent”. Chaque rapport détaillait certains des cas. Le 27 septembre, “l’observation de Golani a identifié 15 personnes dans le village de Davakh. Une chenille qui est sortie dans le village leur a tiré dessus. Après les tirs, ils se sont enfuis.” Le 21 du mois, une embuscade dans la région d’Al Hamidiyah a tiré sur trois femmes. Ils ont également fui les lieux. Le lendemain, une autre embuscade de Golani a ouvert le feu sur deux personnages. L’un a été tué et l’autre emmené pour interrogatoire à Quneitra. Selon le rapport, tous deux étaient des civils non armés. Le lendemain, il a été signalé que l’avant-poste 11 avait tiré sur deux civils non armés. Et deux jours plus tard, à 10 heures du matin, l’avant-poste 13 a tiré sur quatre femmes et un âne. Ils se sont mis à l’abri de la fusillade et à 12h20, ils ont de nouveau été abattus jusqu’à ce qu’on essaie

Sept villages ont été scannés au cours de ces deux semaines. Tous ont été retrouvés abandonnés. Le rapport indique également qu’au cours du même mois, une demande a été reçue pour renvoyer un aveugle et sa femme à Quneitra. “La demande a été rejetée, évitant ainsi un précédent de retour des résidents à Quneitra.” Selon le rapport, 24 personnes ont été transférées sur le territoire syrien par la Croix-Rouge au cours de ces deux semaines.

Dans le rapport résumant les deux semaines suivantes, les deux premières semaines d’octobre, plus de 20 incidents de tirs pour repousser les infiltrés sont mentionnés. Le 7 du mois, un poste dans la région de Jabata a-Hashak a tiré plusieurs faisceaux de chargeurs sur un groupe d’environ 25 Arabes qui travaillaient à proximité, à une distance de 500 mètres. Les Arabes ont fui. Le 8 du mois, l’avant-poste 10 dans la région d’Opania a tiré trois balles magnétiques sur un troupeau de vaches et un berger non armé. “Le troupeau et le berger ont fui.”

Au cours de ces deux semaines, selon l’Écriture, une patrouille gouvernementale a fouillé sept villages. Dans l’une d’elles, Katzrin, une famille a été retrouvée, un père et quatre enfants ainsi qu’un vieil homme paralysé. Le rapport indique que le vieil homme a été transféré sur le territoire syrien. Rien n’a été écrit sur le sort des membres de la famille.

Au cours des deux mêmes semaines, des actes d’accusation ont été déposés contre 14 habitants du Golan. Sept pour avoir pénétré dans la zone du plateau depuis le territoire syrien et sept pour s’être déplacés dans la direction opposée. Selon le rapport de l’armée, sept personnes ont été transférées en territoire syrien en même temps.

Tous les événements couverts dans les rapports ont été interdits par la censure pour publication dans les journaux de l’époque. Seuls les cas où les forces de Tsahal ont rencontré des civils ou des combattants armés ont été couverts en détail. Parfois, de petites nouvelles sur le travail du tribunal de Quneitra sont également apparues. Le 23 juillet, Yehuda Ariel a écrit dans “Haaretz” que “le tribunal militaire des hauteurs du Golan a maintenant commencé à travailler à un rythme accéléré, en raison des nombreuses affaires portées devant lui… les habitants des hauteurs du Golan qui ont été surpris en train d’errer dans les villages ont été envoyés à la prison à côté du poste de police de Quneitra.” Une semaine plus tard, il a été rapporté que « deux enfants de 12 ans, dont chacun a des parents dans le village druze de Bukatha, ont été condamnés à deux mois et demi de prison pour s’être infiltrés depuis la Syrie vers les hauteurs du Golan devant le tribunal militaire de Quneitra. Les deux enfants ont admis avoir été envoyés par des adultes pour s’infiltrer à la fois dans le but de contacter des proches et pour piller.” Tous les détenus de la prison militaire de Quneitra ont été transférés en Syrie après avoir purgé leur peine.

Dans le compte rendu de la réunion de la commission chargée des affaires civiles dans les territoires occupés, qui s’est réunie le 3 octobre au cabinet du ministre de la Défense, une rare argutie est apparue. “L’expulsion sera effectuée conformément à l’ordre d’empêcher l’infiltration (et non tel qu’il est écrit selon la” loi “qui ne s’applique qu’en Israël).” Mais au niveau officiel, Israël a continué à nier toute évacuation ou déportation de civils. Dans son article du magazine “Life”, Moshe Dayan a affirmé : “Après la guerre, la Croix-Rouge a effectivement demandé que les habitants soient autorisés à retourner dans leurs villages, mais le gouvernement syrien n’a pas soutenu cette affirmation. En tout cas, pas Le gouvernement de Damas est et n’est intéressé qu’à la reprise de la guerre contre Israël, et au peuple du Golan,

Libre de résidents

Le matin du 9 juin 1967, jour de l’attaque israélienne sur les hauteurs du Golan, le chef d’état-major Yitzhak Rabin a convoqué une réunion dans l’aile des opérations HML. “Le plateau n’a pas une grande population et il doit être accepté lorsqu’il est libre d’habitants”, a déclaré le général de division Rehavam Ze’evi, qui était le chef adjoint de l’AGM. L’armée israélienne n’a pas accepté le plateau aussi vide que Ze’evi le souhaitait, mais il s’est assuré qu’il en soit ainsi. 20 ans plus tard, dans un article dans lequel il défendait sa doctrine du transfert, Ze’evi écrivait dans le Yedioth Ahronoth : “Le regretté Palmachai David Elazar (Dado) a enlevé tous les villageois arabes des hauteurs du Golan après la guerre des Six jours, et il l’a fait. donc avec l’approbation du chef d’état-major de Rabin, du ministre de la Défense Dayan et du Premier ministre Eshkol”.

Un silence de mort règne maintenant à Ramatania. Seuls les échos des obus des chars s’entraînant à proximité se font parfois entendre entre les maisons du village, résonnant à travers les murs. Selon la description de Nadi T, la maison où il a grandi est toujours debout, tout comme la grange. Les toitures sont détruites. Les mauvaises herbes et les épines poussent dans les chambres. Le figuier qui poussait dans la cour effondre un des murs, il n’y a aucune trace de la cabane dans les arbres que Nadi a construite au sommet, ni du potager qu’il cultivait avec sa mère sous ses branches. La source est également à sec et la mare est détruite. Il n’est plus possible de goûter l’eau.*

Traitement spécial

Les soldats de Tsahal ont reçu des instructions explicites de ne pas nuire aux Druzes et aux Circassiens

Pendant la guerre, les soldats de Tsahal ont reçu une directive explicite de ne pas nuire aux résidents druzes et circassiens du Golan. Ceux qui n’étaient pas au courant de la directive se sont comportés comme les autres villageois du Golan et la plupart d’entre eux ont abandonné leurs maisons jusqu’à ce que leur colère passe. Et quand elle a éclos, ils ont déménagé pour vivre avec leurs proches à Majdal Shams.

Contrairement aux autres habitants du Golan, quelques jours après la guerre, ils ont été autorisés à retourner dans leurs villages. Presque tous les Druzes sont revenus. Seuls quelques centaines d’entre eux, qui se trouvaient alors en territoire syrien, n’ont pas été autorisés à rentrer. La plupart des Circassiens ne sont pas revenus. Beaucoup d’entre eux étaient des parents de militaires syriens, qui ont poursuivi leur service militaire même après la guerre. Les quelques personnes restées à Quneitra ont été évacuées ou sont parties quelques mois plus tard en raison des dures conditions de vie qui leur étaient imposées dans la ville, et parce que leur communauté était fragmentée et dispersée après la guerre.

De l’avis de l’officier du renseignement Eli HaLhami, le traitement spécial était “une politique établie en raison de l’alliance du sang que nous avons conclue avec ces deux groupes ethniques, à l’époque de la guerre d’indépendance”. Il y avait probablement d’autres considérations. Dans les archives du ministère de la Défense se trouvent encore les plans de Yigal Alon pour établir l’État des Druzes sur le territoire des hauteurs du Golan, qui selon sa vision devait être un État ami d’Israël qui couperait entre lui et les Arabes.

La dernière évacuation

Les habitants du village druze de Sakhita ont reçu l’ordre de partir en 1970

Le dernier village syrien restant sur les hauteurs du Golan était Sakhita. Lors du recensement israélien effectué en août 1967, 32 ménages ont été dénombrés, dont 173 citoyens, tous druzes. Trois ans après la guerre, Tsahal a décidé d’évacuer ses habitants et de détruire leurs maisons, en raison de sa proximité avec la frontière. L’ordre d’évacuation, signé par le général de division Mordechai Gur, déclare qu’il a été “fait pour des raisons de nécessité militaire”.

Ali Salama, 77 ans, originaire du village, raconte que “Sakhita était un petit village relativement pauvre. Les maisons étaient modestes. La plupart d’entre elles étaient construites en pierre blanche, considérée comme moins chère que la pierre de basalte qui était commune dans les plus grands villages. La plupart des terres appartenaient aux agriculteurs qui les avaient reçues dans le cadre de la réforme agraire du gouvernement syrien. C’étaient de petites parcelles où nous cultivions principalement des cerises, des amandes et des pommes.

Selon Salama, “Environ un mois après la guerre, un officier est venu au village, je pense qu’il était du gouvernement militaire. Il a rassemblé tous les hommes sur la place principale du village et a annoncé que nous étions sur la frontière et donc nous ne pouvions pas rester ici. Il a promis que nous aurions des maisons dans le village, un restaurant, une maison pour une maison. On nous a proposé des maisons de personnes déplacées qui ont fui, mais personne n’a accepté d’accepter une telle maison. Au final, ils nous ont donné des maisons que les officiers de l’armée syrienne avaient laissées dans le village de Restaurant et ont également promis que nos maisons seraient laissées à leur place, et qu’à l’avenir, si la situation s’améliore, nous pourrons y retourner.”

Aujourd’hui, le village est en territoire miné et il est impossible d’y pénétrer ou de pénétrer sur ses terres. Leurs propriétaires sont contraints de se contenter des quelques plantations laissées à l’extérieur des champs de mines et de regarder de loin les vestiges de leurs maisons.

lien vers l’article

www.vardhanlezuz.org.il

C. Voici le message, que j’envoie à différents endroits :

À:

Matière: Recherche d’informations.

Chers Madames/ Messieurs.

Je possède le blog disabled5.com qui traite du domaine des personnes handicapées. Je recherche des plateformes et/ou des sites Web où je peux trouver du contenu sur les personnes handicapées que je peux publier sur mon blog – gratuitement et sans problèmes de droits d’auteur.

Je dois mentionner que mon blog a été construit sur la plate-forme de wordpress.org et stocké sur les serveurs de servers24.co.il

Ma question est la suivante : comment puis-je trouver des informations sur ces sites ? Qui peut aider avec ça?

Salutations,

assaf benyamini,

115, rue Costa Rica,

Entrée La bémol 4,

Kiryat Menachem,

Jérusalem,

ISRAEL, code postal : 9662592.

mes numéros de téléphone : à la maison-972-2-6427757. Mobile-972-58-6784040.

Fax-972-77-2700076.

post Scriptum. 1) Je précise que je vis avec un revenu très faible – une allocation d’invalidité de l’Institut national d’assurance. Par conséquent, je ne peux pas payer pour un service de localisation des informations dont il est question ici. Et en plus : en raison de la gravité de ma situation, même des remises très élevées ne m’aideront tout simplement pas.

2) Mon numéro d’identification : 029547403.

3) Mes adresses e-mail :029547403@walla.co.il ou: asb783a@gmail.com ou: assaf197254@yahoo.co.il ou: ass.benyamini@yandex.com ou: assafbenyamini@hotmail.com ou: assaf002@mail2world.comou : assaffff@protonmail.com 

ou: benyamini@vk.com ou : assafbenyamini@163.com 

D. Vous trouverez ci-dessous l’e-mail que j’ai envoyé à la ministre ISRAÉLIENNE Merav Cohen :

Ma lettre au bureau du ministre Merav Cohen.

Asaf Benjamin < assaf197254@yahoo.co.il >

À:

sara@mse.gov.il

dimanche 16 octobre à 10:07

À : Cabinet du ministre Merav Cohen.

Matière: chaussures orthopédiques.

Chers Madames/ Messieurs.

Récemment (j’écris ces mots le jeudi 13 octobre 2022), j’ai dû acheter des chaussures orthopédiques pour un montant de 600 NIS – ce qui est une lourde charge financière pour une personne comme moi qui vit avec un revenu très faible – une allocation d’invalidité de l’Institut national d’assurance.

Ma question à cet égard est la suivante : Connaissez-vous un fonds caritatif, une organisation à but non lucratif ou une organisation à partir de laquelle une demande peut être soumise pour le remboursement d’une telle dépense ?

Salutations,

assaf benyamini,

115, rue Costa Rica,

Entrée La bémol 4,

Kiryat Menachem,

Jérusalem,

ISRAEL, code postal : 9662592.

mes numéros de téléphone : à la maison-972-2-6427757. Mobile-972-58-6784040. Fax-972-77-2700076.

post Scriptum. 1) Je joins à ma demande un dossier comprenant :

I. Une photocopie de ma carte d’identité.

II. Confirmation de l’allocation que je reçois de l’Institut national d’assurance.

III. Photocopie du reçu pour l’achat des chaussures orthopédiques par.

2) Mon site Web :https://disability5.com/

3) Mon numéro d’identification : 029547403.

4) Mes adresses e-mail : 029547403@walla.co.il ou : asb783a@gmail.com ou : assaf197254@yahoo.co.il ou : assafbenyamini@hotmail.com ou : assaf002@mail2world.com ou : assaffff@protonmail.com ou : ass.benyamini@yandex.com ou : benyamini@vk.com ou : assafbenyamini@163.com

5) Je tiens à souligner qu’aucun organisme, association ou bureau gouvernemental vers lequel je me tourne n’est prêt à aider dans cette affaire.

Voici un exemple d’une des réponses que j’ai reçues à cet égard :  

Nous ne pouvons pas vérifier les remboursements pour les chaussures orthopédiques

Vous êtes le seul à connaître ce sujet

Salutations,

Orit Moked SRP

________________________________________

Masquer le message d’origine

Par : Assaf Binyamini < assaf197254@yahoo.co.il >

Envoyé : dimanche 16 octobre 2022 09:42

à : Moked < moked@sharapplus.co.il >

Sujet : Re : Re : Ma lettre à “sharapplus.co.il”.

 

Ce n’est pas ce que j’ai demandé. J’ai déjà acheté des chaussures orthopédiques – et j’ai posé des questions sur l’admissibilité à un remboursement sur les chaussures que j’ai déjà achetées et non sur un examen par un médecin.

Le dimanche 16 octobre 2022 à 09:22:18GMT+3, Moked < moked@sharapplus.co.il > a écrit :

Bonjour

En ce qui concerne les chaussures orthopédiques, vous devriez vous rendre chez un médecin orthopédiste et il décidera de la question

Salutations,

Orit Moked SRP

E. Ci-dessous, la courte correspondance que j’ai eue sur la page Facebook de l’activiste sociale italienne FRANCA VIOLA :

Le 10 juillet 2018, j’ai rejoint le mouvement Nitgaber dédié aux personnes handicapées invisibles.

Notre engagement est de promouvoir les droits sociaux des personnes touchées par un handicap invisible, par exemple. Des gens comme moi, qui souffrent de handicaps et de pathologies graves qui ne sont pas immédiatement visibles pour les autres. Cette visibilité réduite est source de discrimination, même par rapport aux autres populations handicapées.

L’invitation à rejoindre le mouvement est ouverte à tous et à cet effet vous pouvez contacter la présidente du mouvement en la personne de Mme Tatyana Kaduchkin en utilisant les numéros de téléphone suivants :

972-52-3708001 ou 972-3-5346644

Du dimanche au jeudi entre 11h00 et 20h00 (heure d’Israël) à l’exception des fêtes nationales juives et ISRAÉLIENNES.

assaf benyamini – l’auteur de la lettre.

Apprendre encore plus:

https://www.nitgaber.com

https://disability5.com

Antonio Lombardi

auteur

assaf benyamini Salut, mon fils et moi sommes également engagés dans de nombreux projets sur le handicap, notamment les invisibles, contactez moi au 3934041051

Antonio Lombardi I

Je parle l’hébreu – et ma connaissance des autres langues est très limitée. Pour cette raison, ma capacité à expliquer et à détailler les choses dans la conversation est toujours très problématique (j’ai contacté une société de traduction professionnelle pour rédiger le message que je vous ai envoyé). Dans tous les cas, merci de vous identifier aux objectifs de notre mouvement et de vouloir participer à l’activité et aider. Cordialement, Assaf Benyamini.

F. Vous trouverez ci-dessous l’e-mail que j’envoie à divers endroits :

À:

Matière: outils technologiques.

Chers Madames/ Messieurs.

Depuis 2007, je participe à la lutte des handicapés en Israël – une lutte qui, comme vous le savez, est également largement couverte par les médias.

L’un des moyens par lesquels nous essayons de faire avancer la lutte est d’utiliser divers outils technologiques : écrire sur les réseaux sociaux, ouvrir des sites Web et essayer de les promouvoir et de les améliorer, gérer des communautés virtuelles, etc.

Ma question à cet égard est : Est-il possible pour votre entreprise ou organisation de proposer des outils technologiques qui pourraient nous aider dans notre lutte ? Et si oui, dans quels domaines et comment ?

Salutations,

Asaf Binyamin,

115, rue Costa Rica,

Entrée La bémol 4,

Kiryat Menachem,

Jérusalem,

ISRAËL, code postal : 9662592.

mes numéros de téléphone : à la maison-972-2-6427757. Mobile-972-58-6784040. fax-972-77-2700076.

post Scriptum. 1) Mon numéro d’identification : 029547403.

2) Mon site Web :https://disability5.com/

3) Le 10 juillet 2018, j’ai rejoint un mouvement social appelé “Nitgaber” – personnes handicapées transparentes. Nous essayons de promouvoir les droits des handicapés transparents, c’est-à-dire des personnes comme moi qui souffrent de problèmes médicaux et de maladies très graves qui ne sont pas visibles de l’extérieur – un manque de visibilité externe qui cause une discrimination très sévère à notre encontre.

La directrice du mouvement, qui en est également la fondatrice, est Mme Tatiana Kaduchkin, et elle est joignable au numéro de téléphone 972-52-3708001.

Heures de réponse téléphonique : du dimanche au jeudi entre 11h00 et 20h00. L’heure d’ISRAËL, à l’exception des fêtes juives ou de diverses fêtes ISRAÉLIENNES.

4) Voici quelques mots explicatifs sur notre mouvement, tels qu’ils sont parus dans la presse :

Tatiana Kaduchkin, une citoyenne ordinaire, a décidé de créer le mouvement “Natgver” pour aider ceux qu’elle appelle les “handicapés transparents”. Jusqu’à présent, environ 500 personnes de tout le pays d’ISRAËL ont rejoint son mouvement. Dans une interview avec Yoman de Channel 7, elle parle du projet et des personnes handicapées qui ne reçoivent pas une assistance appropriée et suffisante de la part des agences concernées, simplement parce qu’elles sont transparentes.

Selon elle, la population handicapée peut être divisée en deux groupes : les handicapés en fauteuil roulant et les handicapés sans fauteuil roulant. Elle définit le deuxième groupe comme “handicapés transparents” car, selon elle, ils ne reçoivent pas les mêmes services que les personnes handicapées en fauteuil roulant, même s’ils sont définis comme ayant un handicap de 75 à 100 %.

Ces personnes, explique-t-elle, ne peuvent pas gagner leur vie par elles-mêmes et elles ont besoin de l’aide des services supplémentaires auxquels ont droit les personnes handicapées en fauteuil roulant. Par exemple, les handicapés transparents reçoivent une allocation d’invalidité faible de l’assurance nationale, ils ne reçoivent pas certains suppléments tels que l’allocation de services spéciaux, l’allocation d’accompagnement, l’allocation de mobilité et ils reçoivent également une allocation inférieure du ministère du Logement.

Selon les recherches menées par Kaduchkin, ces personnes handicapées transparentes ont faim de pain malgré la tentative de prétendre que dans l’Israël de 2016, il n’y a personne qui a faim de pain. Les recherches qu’elle a menées indiquent également que le taux de suicide parmi eux est élevé. Dans le mouvement qu’elle a fondé, elle s’emploie à inscrire les personnes handicapées de manière transparente sur les listes d’attente pour les logements sociaux. En effet, selon elle, ils n’entrent généralement pas dans ces listes alors qu’ils sont censés y être éligibles. Elle tient de nombreuses réunions avec des membres de la Knesset et participe même à des réunions et à des discussions des commissions compétentes de la Knesset, mais selon elle, ceux qui peuvent aider n’écoutent pas et ceux qui écoutent sont dans l’opposition et ne peuvent donc pas aider.

Désormais, elle appelle de plus en plus de personnes handicapées “transparentes” à la rejoindre, à la contacter pour qu’elle puisse les aider. Selon elle, si la situation continue telle qu’elle est aujourd’hui, il n’y aura pas d’échappatoire à une manifestation de personnes handicapées qui exigeront leurs droits et les conditions de base de leur subsistance.

5) Mes adresses e-mail :029547403@walla.co.il et:asb783a@gmail.com et : assaf197254@yahoo.co.il et :ass.benyamini@yandex.com et : assaffff@protonmail.com 

et: assafbenyamini@hotmail.com et:assaf002@mail2world.com et: benyamini@vk.com et : assafbenyamini@163.com 

6) Ci-dessous quelques liens vers mes profils sur les différents réseaux sociaux :

 https://soundcloud.com/user-912428455?utm_source=clipboard&utm_medium=text&utm_campaign=social_sharing

https://www.pond5.com?ref=assaf197254749

https://share.socialdm.co/assftt

https://actionnetwork.org/petitions/disabled-people-worldwide?source=direct_link&

https://aff.pays.plus/827f6605-9b3c-433d-b16f-5671a4bba62a?ref=

https://link.protranslate.net/9UCo

https://www.facebook.com/groups/545981860330691/

https://www.youtube.com/channel/UCN4hTSj6nwuQZEcZEvicnmA

https://www.webtalk.co/assaf.benyamini

https://assafcontent.ghost.io/

https://anchor.fm/assaf-benyamini

https://www.youtube.com/watch?v=sDIaII3l8gY

https://www.youtube.com/channel/UCX17EMVKfwYLVJNQN9Qlzrg

https://twitter.com/MPn5ZoSbDwznze

https://www.facebook.com/profile.php?id=100066013470424

G. Vous trouverez ci-dessous ma correspondance avec “Gal Yam Studio”:

Pour Assaf – suite à votre candidature à Galyam Studio

mardi 18 octobre à 10:47

Vous voyez les publications sur mon site Web comme une forme de “honte” – cependant, vous devez comprendre 2 choses :

1) Je suis autorisé à publier sur mon site Web ce que je veux – et je n’ai pas à demander à personne.

2) L’État d’Israël nous a amenés (la communauté transparente des personnes handicapées) à une situation où nous n’avons plus d’autre choix ou option.

Les choses vous ont-elles contrarié ? L’antagonisme existe envers nous d’une manière ou d’une autre automatiquement – donc vos mots n’ont aucun sens pour moi.

Et avec tout le respect que je vous dois, qu’est-ce qui est le plus important ou significatif : vos sentiments d’antagonisme et ceux de beaucoup d’autres personnes – ou de personnes handicapées qui pourraient finir dans la rue et y mourir ?

Et je ne m’attends pas à ce que vous répondiez à cela – et laissez la question de l’antagonisme, et je résumerai brièvement les choses :

Je fais les choses de cette façon parce qu’il n’y a plus d’autre choix ou option (après tout, qu’attendez-vous de nous : ne pas essayer de combattre une politique qui ne permet pas aux gens de rester en vie ?).

Salutations,

assaf benyamini.

post Scriptum. Je soulignerai que je n’ai pas non plus l’intention de garder notre correspondance secrète – après tout, il n’y a rien de secret ici. Je publierai ce qui est nécessaire selon mon jugement.

Le mardi 18 octobre 2022 à 10:34:09GMT +3, Gal Yam Studio < naor@galyam-studio.co.il > Écrit par :

Masquer le message d’origine

Salut Assaf,

Je vois que vous citez sur votre site des correspondances avec des entreprises auprès desquelles vous cherchez de l’aide, ce qui m’a rendu automatiquement antagoniste,

Ce n’est pas conforme à nos valeurs et je considère cela comme une “honte” à toutes fins utiles (et si une entreprise n’est pas intéressée à vous offrir un service gratuitement, informez-vous l’entreprise comme une divulgation appropriée que vous publierez la correspondance devant lui à toutes les personnes concernées ?)

Je m’attends à ce que ma correspondance avec vous ne soit pas publiée et restera entre moi et vous uniquement !

Concernant votre question, comme vous le pensiez, oui notre service coûte de l’argent.

Nous sommes une équipe d’environ 10 employés qui doivent vivre de ces services, étant donné qu’il s’agit d’une organisation à but non lucratif, je suis bien sûr disposé à accorder une réduction mais ne peux malheureusement pas les subventionner.

Salutations,

Nour Gal Yam | PDG

PDG | Naor Gal Yam

www.galyam-studio.co.il

Bienvenue à regarder les clients recommander

 

Le mardi 18 octobre 2022 à 10h22 par Assaf Binyamini <‪assaf197254@yahoo.co.il > :‬

Cela pourrait être pratiquement pertinent pour mon site handicap5.com qui traite de la question des personnes handicapées.

Mais il y a un problème ici : je suppose qu’il s’agit d’un service payant. Je précise que je ne m’en plains pas – apparemment, vous en gagnez votre vie – et bien sûr, c’est parfaitement bien. Mais en raison de mes faibles revenus (je vis avec une allocation d’invalidité de l’Institut national d’assurance), je ne peux pas me permettre de payer. Il y a beaucoup de membres de notre mouvement dont la situation économique est bien pire que la mienne – il est tout à fait clair que les personnes qui sont obligées de choisir quotidiennement entre l’achat de denrées alimentaires de base et l’achat de médicaments essentiels et qui risquent même d’être jetés à la rue par incapacité de payer un loyer ne pourront pas payer les services graphiques .

Salutations,

assaf benyamini.

Le mardi 18 octobre 2022 à 10:13:09 GMT+3, Gal Yam Studio< naor@galyam-studio.co.il > Écrit par :

Nous savons fournir des services de graphisme et de conception, de caractérisation et de développement de sites Web et de pages de destination et de promotion organique de sites Web.

L’un des services que je vous ai écrit est-il pertinent pour vous ?

Merci

Salutations,

Nour Gal Yam | PDG

PDG | Naor Gal Yam

www.galyam-studio.co.il

Bienvenue à regarder les clients recommander

 

Le mardi 18 octobre 2022 à 10h10 par Assaf Binyamini <‪assaf197254@yahoo.co.il > :‬

Je participe à la lutte des handicapés en Israël depuis 2007. Depuis le 10 juillet 2018, je le fais dans le cadre du mouvement “Natagver” – personnes handicapées transparentes.

Je demande si vous êtes en mesure de nous offrir des outils technologiques qui peuvent nous aider.

Bien sûr, la question est générale et non spécifique.

Salutations,

assaf benyamini.

post Scriptum. La responsable de notre mouvement est Mme Tatiana Kadochkin, et

ses numéros de téléphone sont : 972-52-3708001. et : 972-3-5346644.

Elle répond au téléphone du dimanche au jeudi entre 11h00 et 20h00.

Elle parle le russe à un très haut niveau de langue maternelle – mais aussi l’hébreu.

Le mardi 18 octobre 2022 à 10:01:40GMT+3, Gal Yam Studio< naor@galyam-studio.co.il > Écrit par :

Salut Assaf,

Je m’appelle Naor d’un cahier Galyam Studio, vous nous avez contacté au sujet des “outils technologiques” via notre site Web.

Vous avez beaucoup écrit dans votre e-mail, mais je ne comprenais pas comment nous pouvons vous aider ?

Je vous serais reconnaissant si vous pouviez être précis dans votre demande/besoins

Merci et bonne journée

Salutations,

Nour Gal Yam | PDG

PDG | Naor Gal Yam

www.galyam-studio.co.il

Bienvenue à regarder les clients recommander

 

assaf benyamini < assaf197254@yahoo.co.il >

À:

Gal Yam Studio

mardi 18 octobre à 10h50

Et en conclusion : je ne pourrai pas rejoindre votre service – je ne peux pas payer.

Je pense que cela résume les choses.

Salutations,

assaf benyamini.

‫Le mardi 18 octobre 2022 à 10:01:40GMT+3, Gal Yam Studio< naor@galyam-studio.co.il > Écrit par :‬

Salut Assaf,

Je m’appelle Naor d’un notebookGalyamStudio, vous nous avez contacté à propos des “outils technologiques” via notre site Web.

Vous avez beaucoup écrit dans votre e-mail, mais je ne comprenais pas comment nous pouvons vous aider ?

Je vous serais reconnaissant si vous pouviez être précis dans votre demande/besoins

Merci et bonne journée

Salutations,

Nour Gal Yam | PDG

PDG | Naor Gal Yam

www.galyam-studio.co.il

Bienvenue à regarder les clients recommander

H. Ci-dessous, le message que j’ai mis en ligne sur le réseau social Facebook le mardi 18 octobre 2022 :

Comme vous le savez, ces jours-ci, la guerre entre la Russie et l’Ukraine se poursuit. La semaine dernière, le président de la Russie, Vladimir Poutine, a émis une instruction/ordre pour une vaste opération de recrutement parmi les citoyens russes. Cependant, de nombreux citoyens russes s’opposent à la guerre et tentent de trouver un moyen de ne pas être envoyés au front – beaucoup tentent de fuir le pays, et il s’avère qu’il existe un phénomène répandu dont on entend beaucoup moins parler en ISRAEL : Les citoyens russes qui choisissent de se mutiler et de devenir handicapés – et ceci afin de ne pas être enrôlés dans l’armée et de ne pas prendre part aux atrocités qu’ils causent ces jours-ci sont l’armée russe. C’est ce qu’il a lu sur Internet en langue russe (une grande partie des réseaux sociaux y sont bloqués sur ordre des autorités – mais une partie d’Internet fonctionne,

Je dois souligner que je ne connais pas le russe (et j’ai également obtenu la traduction russe de l’expression “comment se casser la main” de Google Translate et bien sûr je ne l’ai pas traduite moi-même) – et tous les messages en russe que j’ai mis en ligne sur le réseau social vk.com sont des textes liés à la lutte des handicapés que j’ai obtenus auprès de sociétés de traduction.

Quoi qu’il en soit, lorsque j’ai tapé dans la barre de recherche Web vk.com, la phrase

Как сломать руку-comment casser une main J’ai obtenu beaucoup de résultats.

Dans certaines communautés, j’atteins invk.com Après avoir entré cette phrase de recherche, j’ai déjà commencé à laisser des messages.

C’est une autre ligne de conduite (un peu perturbée et tordue…) que j’ai trouvée.

Quiconque veut m’attaquer pour cela est le bienvenu – je m’en fiche vraiment.

I. Vous trouverez ci-dessous le message que j’ai téléchargé sur la page Facebook “Computers for Free Donation”:

Assaf Benyamini

À : “Ordinateurs en don gratuit”.

Objet : Inspection du matériel.

Chers Madames/ Messieurs.

Il y a environ six mois, j’ai acheté un ordinateur portable pcdeal.co.il.

Récemment (j’écris ces mots le 21 octobre 2022) mon ordinateur a eu plusieurs dysfonctionnements qui surviennent de façon aléatoire : un écran noir qui apparaît soudainement, un ordinateur qui se fige subitement et des touches du clavier qui subitement ne répondent plus.

La société à laquelle j’ai acheté l’ordinateur (société pcdeal.co.il) est située dans la région nord – et puisque j’habite à Jérusalem, je leur apporte apparemment l’ordinateur, teste l’équipement en laboratoire, puis rend l’équipement et le réinstaller chez moi sera un processus très lourd qui prendra beaucoup de temps (et donc ce ne sera probablement pas possible – et bien qu’il y ait une garantie pour tout le matériel) – et c’est parce qu’il y a ici deux difficultés supplémentaires :

1) Je n’ai pas de voiture ni de permis de conduire – je n’ai donc pas la possibilité de leur apporter l’ordinateur moi-même. En raison de mon handicap physique, de mes difficultés économiques ainsi que de la distance géographique considérable, il n’est pas non plus possible d’amener le matériel à l’entreprise en taxi.

2) En raison de mon handicap physique, je ne suis pas en mesure d’emballer moi-même le matériel à domicile dans un carton avant de le transférer au laboratoire. Pour exactement la même raison, je ne peux pas m’occuper de réinstaller l’ordinateur après son retour du test.

Par conséquent, je recherche une entreprise active dans la région de Jérusalem, auprès de laquelle ce service peut être obtenu.

Il est parfaitement clair pour moi que la garantie sur l’ordinateur ne sera pas pertinente dans un tel cas – cependant, étant donné que la capacité de travailler avec un ordinateur est une chose essentielle de nos jours, je ne peux pas me permettre une période prolongée de plusieurs semaines ou peut-être même plus où je n’aurai pas accès à un ordinateur (c’est le seul ordinateur que j’ai à la maison – et dans ma situation je n’ai pas les moyens d’acheter un autre ordinateur). Et il y a un autre problème/difficulté : je vis avec un revenu très faible – une allocation d’invalidité de l’Institut national d’assurance. Par conséquent, je ne peux pas acheter un nouvel ordinateur à la place de l’ordinateur que j’ai maintenant, qui présente tous les défauts que j’ai décrits. Et qui plus est : en raison de la gravité de ma situation,

Selon vous, quelle pourrait être la solution dans un tel cas?

Salutations,

Asaf Binyamin,

115, rue Costa Rica,

Entrée La bémol 4,

Kiryat Menachem,

Jérusalem, code postal : 9662592.

mes numéros de téléphone : à la maison-972-2-6427757. Mobile-972-58-6784040.

Fax-972-77-2700076.

post Scriptum. 1) Mon numéro d’identification : 029547403.

2) Mes adresses e-mail : asb783a@gmail.com ou : ass.benyamini@yandex.com ou : assaf002@mail2world.com ou : assafbenyamini@hotmail.com ou : assaffff@protonmail.com ou : benyamini@vk.com ou : assafbenyamini@163.com

J. Ci-dessous ma correspondance du groupe Facebook « Asia4 : Traductions et mises à jour du monde asiatique » du dimanche 23 octobre 2022 à 7h20 :

actif,

assaf benyamini a partagé le groupe.

 

Première minute

A : “Asia4:Traductions et mises à jour du monde asiatique”.

Je possède le blog handicap5.com-blog multilingue dans les langues suivantes : ouzbek, ukrainien, ourdou, azéri, italien, indonésien, islandais, albanais, amharique, anglais, estonien, arménien, bulgare, bosniaque, birman, biélorusse, bengali, basque, géorgien , allemand, danois, néerlandais, hongrois, hindi, vietnamien, tadjik, turc, turkmène, télougou, tamoul, grec, yiddish, japonais, letton, lituanien, mongol, malais, maltais, macédonien, norvégien, népalais, swahili, cinghalais, chinois , slovène, slovaque, espagnol, serbe, hébreu, arabe, pashto, polonais, portugais, philippin, finnois, persan, tchèque, français, coréen, kazakh, catalan, kirghize, croate, roumain, russe, suédois et thaï.

Comme c’est le cas, comme mentionné dans le blog multilingue, j’utilise beaucoup les services de traduction automatique tels que Google Translate – et aussi les services de traduction automatique d’autres moteurs de recherche tels que les services de traduction automatique ofbing.com, la traduction automatique services de yandex.com ainsi que les services de traduction automatique de microsoft.com

J’ai remarqué que dans tous ces services de traduction, et sans exception, les traductions vers ou depuis le turkmène sont les traductions dans lesquelles il y a toujours plus d’erreurs que les traductions vers ou depuis n’importe quelle autre langue (et bien sûr cela ne doit pas être confondu avec les traductions vers le turc – Le turc et le turkmène sont après tout deux langues différentes…).

Selon vous, quelles pourraient être les explications à cela ?

En tout cas, je préciserai que je ne connais pas le turkmène (pas même un seul mot) – et je préciserai également que je ne suis pas programmeur informatique et que je ne connais rien au mécanisme des algorithmes des services de traduction automatique .

Salutations,

assaf benyamini.

Tamar Shai-Chordekar.

Hmmm je n’ai pas compris.. Comment savez-vous qu’il y a des erreurs en turkmène (turc ?) si vous ne connaissez pas la langue ?

Autant que je sache, les traducteurs sur les sites Web ne traduisent pas à partir de la langue source mais à partir de l’anglais.

Mais ce n’est pas clair exactement ce que vous vouliez demander/dire ?

Comme

réponse

5 heures

assaf benyamini

auteur

Tamar Shai-Chordekar. Il y a beaucoup de problèmes dans la traduction en turkmène – pas dans la traduction en turc. La traduction en turc fonctionne bien dans les systèmes de traduction automatique (pour autant que je sache, le turc et le turkmène sont deux langues différentes – et vous pouvez certainement me corriger si je me trompe ici – j’aimerais bien le savoir). Je ne connais pas la langue – cependant, comme les textes que je traduis dans les traductions automatiques sont relativement très longs (ayant plusieurs dizaines de milliers de mots), il y a des choses qui peuvent être remarquées même sans connaître la langue, par exemple : mes coordonnées personnelles qui sont omises et n’apparaissent pas dans les traductions, les adresses e-mail que j’ai sont affichées de manière incorrecte (après tout, elles devraient être affichées telles quelles dans n’importe quelle langue, par exemple : mon adresse e-mail asb783a@gmail.comdevrait être affiché de cette façon dans n’importe quelle langue). Et je soulève la question suivante: pourquoi précisément dans les traductions en turkmène ou à partir du turkmène il y a tant d’erreurs, et plus que les traductions de n’importe quelle autre langue – je me demande quelle pourrait en être la raison. Et une autre chose qui peut être remarquée même sans connaître la langue : dans les systèmes de traduction automatique, très souvent, lorsque vous essayez de traduire du turkmène vers d’autres langues ou de n’importe quelle langue vers le turkmène, vous recevez très souvent un message d’erreur et le système n’exécute pas la opération – et cela n’arrive pas si souvent par rapport à n’importe quelle autre langue. Je me demande quelle pourrait être la raison pour laquelle précisément dans les traductions vers ou depuis le turkmène, le système affiche tant de messages d’erreur, omet tant de détails qui devraient apparaître exactement de la même manière dans n’importe quelle langue. Bien sûr, comme je ne connais pas la langue, je n’ai aucune capacité à vérifier les choses au-delà. Cordialement, Assaf Benyamini.

Comme

réponse

1 mince’

actif

assaf benyamini

Tamar Shai-Chordekar. Dans les systèmes de traduction automatique, les traductions ne sont pas toujours de l’anglais – et elles peuvent traduire de n’importe quelle langue vers n’importe quelle langue, selon les préférences des utilisateurs.

Tamar Shai-Chordekar.

assaf benyamini. Haha eh bien, je ne savais pas qu’il y avait une langue turkmène et le Dr Google a confirmé qu’il y en avait..

Je ne fais pas partie des traductrices, mais quand je veux traduire vers le chinois, je préfère traduire de l’anglais vers le chinois plutôt que de l’hébreu vers le chinois. C’est peut-être la première étape à franchir.

Deuxièmement, Google ne peut pas remplacer (même) la chair et le sang qui comprennent la langue, donc quand vous traduisez dans tant de langues, c’est en termes de “vous en avez attrapé trop, vous n’avez pas attrapé”. Je suggérerais d’investir dans un anglais traduction, ceux qui veulent lire le blog feront l’effort de se traduire eux-mêmes sur Google.

assaf benyamini

Tamar Shai-Chordekar. Je ne sais pas si vous avez vraiment remarqué le contenu de mes propos. Je ne traduis pas, je ne travaille pas pour une entreprise de traduction – et ce n’est pas du tout de cela qu’il s’agit. Je soulève une question concernant le comportement étrange des traducteurs automatiques (de leur algorithme ou logiciel) qui précisément dans les traductions vers le turkmène ou depuis le turkmène ont du mal à donner des résultats et donnent des messages d’erreur bien plus que les traductions vers n’importe quelle autre langue. Si vous ne connaissez pas la réponse à cela, c’est bien sûr légitime – personne ne sait tout… Quoi qu’il en soit, votre “lol” me semble très déplacé. En effet, il existe une langue turkmène (d’un pays appelé Turkménistan, qui, comme on le sait, faisait partie de l’Union soviétique jusqu’au début des années 1990). Comme je ne connais ni le turkmène ni le turc, je ne t savoir si ces deux langues sont des langues similaires ou non. J’ai simplement soulevé une question concernant le comportement étrange des services de traduction automatique en ce qui concerne le turkmène – et rien de plus. Et vous pouvez certainement abandonner le “lol” – je n’essayais certainement pas de raconter une blague – et la question elle-même est une question sérieuse et non une blague. Salutations,

Tamar Shai-Chordekar. Et je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait que les services de traduction automatique ne peuvent pas vraiment remplacer le traducteur humain – surtout lorsqu’il s’agit de textes très longs que je traduis. Je suis obligé de renoncer aux services de traducteurs humains pour une toute autre raison : mon faible revenu et mon incapacité à payer. Je suis pleinement conscient que j’obtiens ainsi un résultat nettement moins bon – mais, comme mentionné, ma situation financière difficile ne me permet tout simplement pas de faire autre chose.

Et pourquoi avez-vous écrit “je hahaha ben je ne savais pas qu’il y avait une langue turkmène et le Dr Google a confirmé qu’il y avait…” – vous ne le saviez vraiment pas ? Comme quelqu’un qui s’occupe de la traduction des langues asiatiques ? Je doute fortement que vous ne le sachiez pas – vous avez probablement écrit que Comme une note cynique, la langue turkmène est l’une des langues les plus importantes dans les pays de l’ex-Union soviétique, j’ai donc du mal à croire que ceux qui se spécialisent dans traduire des langues asiatiques ne savent vraiment pas qu’une telle langue existe.. En tout cas, cela me semble très étrange…

Sharon Melame

Directeur

Groupe expert dans le domaine de la télévision et du cinéma [CTX].

+3

Je n’ai pas compris le but du message et quel est le rapport avec cela?

Comme

Sharon Melame. Je précise donc (à nouveau) que je pose ici une question concernant les services de traduction automatique, et quelle pourrait être, selon vous, l’explication du fait que les traductions depuis ou vers le turkmène présentent tant de problèmes et de pépins – plus que les traductions depuis n’importe quelle ou n’importe quelle autre langue. Je soulignerai (encore une fois) que je ne traduis pas et que je ne travaille pas pour une société de traduction, et le seul but du message est de soulever la question concernant le comportement déroutant des traductions automatiques par rapport à la langue turkmène.

Sharon Melame

Directeur

Groupe expert dans le domaine de la télévision et du cinéma [CTX].

+3

Puisque personne ici ne traduit du turkmène, je doute que vous puissiez trouver une réponse à cela. Ce n’est pas le bon groupe.

Sharon Melame. Quel est le bon groupe ?

Sharon Melame

Directeur

Groupe expert dans le domaine de la télévision et du cinéma [CTX].

+3

Cherchez quelque chose sur les traducteurs turcs

Sharon Melame. Le turc n’est pas turkmène – ce sont deux langues différentes. Dans les traductions vers ou depuis le turc, les traducteurs automatiques fonctionnent correctement – et il n’y a pas autant d’erreurs que dans les traductions vers ou depuis le turkmène.

K. Voici le message que j’ai envoyé à divers endroits :

À:

Matière: Permaliens.

Chers Madames/ Messieurs.

Je possède le blog disabled5.com – un blog qui traite de la question des personnes handicapées, construit sur le système wordpress.org – et stocké sur les serveurs de servers24.co.il

Chaque article de mon blog a un lien qui y mène – qui est le permalien.

Je recherche un logiciel, ou un système sur Internet à travers lequel je peux diffuser tous mes Permaliens le plus largement possible sur Internet.

Connaissez-vous de tels systèmes ou logiciels ?

Salutations,

assaf benyamini,

115, rue Costa Rica,

Entrée La bémol 4,

Kiryat Menachem,

Jérusalem,

Israël, code postal : 9662592.

Numéros de téléphone : à domicile-972-2-6427757. mobile-972-58-6784040. fax-972-77-2700076.

post Scriptum. 1) Mon numéro d’identification : 029547403.

2) Les permaliens du blog disability5.com :

 

Liste numérotée :

https://docs.google.com/document/d/1hCnam0KZJESe2UwqMRQ53lex2LUVh6Fw3AAo8p65ZQs/edit?usp=sharing

 

ou:

https://dev-list-in-the-net.pantheonsite.io/2022/10/10/Permalinks-of-post…om-list-numbered/‎

 

Liste non numérotée :

https://docs.google.com/document/d/1PaRj3gK31vFquacgUA61Qw0KSIqMfUOMhMgh5v4pw5w/edit?usp=sharing

 

ou:

https://dev-list-in-the-net.pantheonsite.io/2022/10/09/Permalinks-your-Fuss…-disability5-com/‎

 

2) Mes adresses e-mail : 029547403@walla.co.il

ou: asb783a@gmail.com ou: assaf197254@yahoo.co.il ou : ass.benyamini@yandex.com

ou: assafbenyamini@hotmail.com ou: assaf002@mail2world.com ou: assaffff@protonmail.com ou: benyamini@vk.com ou : assafbenyamini@163.com

L. Vous trouverez ci-dessous le message électronique que j’ai envoyé au comité “Sal Shikum” du district de Jérusalem du ministère de la Santé :

Et je pense qu’il serait beaucoup plus correct de traiter les problèmes eux-mêmes de manière pragmatique – et de ne pas écarter la nécessité de tester ou de corriger les lacunes que j’ai signalées uniquement parce que je suis défini comme un handicapé mental.

Je ne doute pas que si exactement le même contenu vous avait été envoyé par un professionnel – un travailleur social, un psychologue, etc., vous l’auriez traité de manière factuelle et sérieuse – cependant, vous vous permettez de s’en tirer quand la personne qui évoque les déficiences est émotionnellement endommagée.

Je suis vraiment désolé que ce soit la conduite – et je suis très en colère à ce sujet.

Bien sûr, un système qui fonctionne de cette façon ne gagnera jamais la confiance – du moins pas pour moi.

Salutations,

Asaf Benjamin.

Asaf Benjamin < assaf197254@yahoo.co.il >

À : « Sal Shikum », Jérusalem.

lundi 24 octobre à 11:07

Une enquête approfondie a déjà été menée par moi depuis de nombreuses années sur tous les sujets sur lesquels je vous ai abordé – et sans exception.

S’il était en effet possible d’obtenir des réponses raisonnables dans l’un des sujets sur lesquels je me tourne, je ne me tournerais en effet pas du tout vers vous en premier lieu.

Salutations,

assaf benyamini.

 

Le lundi 24 octobre 2022 à 10:38:49GMT+3, « Sal Shikum », Jérusalem < jershikum@moh.health.gov.il > Écrit par :

 

 

29 à Tichri, 2018

24 octobre 2022

Référence : 959424822

 

en l’honneur de

Mr assaf benyamini

 

Matière: Votre candidature au service juridique

 

Une enquête a été faite concernant votre candidature auprès du service juridique où vous vous plaignez qu’il n’est pas possible de contacter l’équipe de la communauté de support “Avivit”.

Il semble qu’il y ait un problème temporaire avec l’e-mail du lieu, mais vous pouvez les contacter de toute autre manière. De plus, puisque vous recevez 3 visites d’équipe par semaine, vous pouvez également vous faire aider par l’équipe qui se déplace à votre domicile.

Je comprends que vous êtes occupé par de nombreuses questions, mais il est difficile de répondre aux nombreuses demandes de renseignements que vous adressez à notre bureau et j’apprécierais que vous puissiez mener une enquête plus approfondie avant de vous tourner vers diverses et nombreuses parties avec une fréquence aussi élevée.

Salutations,

Michel Cohen

Directeur de la réadaptation psychiatrique

Quartier de Jérusalem.

 

Copie : Service juridique, ministère de la Santé

Avocate Sharona Ever Hadani, conseillère juridique

Mme Bat Sheva Cohen, coordinatrice des enquêtes publiques, p. Psychiatre de district

Mme Shira Bigon, coordonnatrice des enquêtes publiques, Sal Shikum

M. Voici le message que j’ai envoyé à divers endroits :

À:

Matière: périodes d’essai.

Chers Madames/ Messieurs.

Depuis 2007 je participe à la lutte des personnes handicapées en Israël – et depuis le 10 juillet 2018 je le fais dans le cadre du mouvement “Nitgaber” – personnes handicapées transparentes auquel j’ai adhéré.

Cependant, lorsqu’il s’agit de diffuser nos messages sur Internet et les réseaux sociaux, nous rencontrons une difficulté très importante : beaucoup d’entre nous sont contraints d’arbitrer au quotidien entre l’achat de denrées alimentaires de base et l’achat de médicaments – et dans ces conditions, il est clair que nous n’avons pas, et nous ne pourrons pas non plus avoir de budget publicitaire dans un avenir prévisible.

J’ai pensé essayer de contourner cette difficulté en rejoignant des systèmes publicitaires de logiciels qui sont en phase de développement, et donc pendant la période d’essai au cours de laquelle vous n’êtes pas sûr que le système fonctionne vraiment ou non, nous ne facturons pas non plus de frais pour En l’utilisant.

Par conséquent, ma question est la suivante : connaissez-vous un site ou un système sur le net, où vous pouvez trouver une liste ordonnée de ces sites ?

Salutations,

Asaf Binyamin,

115, rue Costa Rica,

Entrée La bémol 4,

Kiryat Menachem,

Jérusalem,

ISRAËL, code postal : 9662592.

Numéros de téléphone : à domicile-972-2-6427757. mobile-972-58-6784040. fax-972-77-2700076.

post Scriptum. 1) Mon numéro d’identification : 029547403.

2) Mes adresses e-mail :029547403@walla.co.il et: asb783a@gmail.com et: assaf197254@yahoo.co.il et: ass.benyamini@yandex.com et: assaf002@mail2world.com et: assafbenyamini@hotmail.com et: assaffff@protonmail.com et: assafbenyamini@163.com et : benyamini@vk.com

3) Mon site Web : handicap5.com

N. Ci-dessous le message que j’ai envoyé à l’assistante sociale qui m’accompagne dans le Foyer le mardi 25 octobre 2022 à 20h09 :

Yahoo

/

expédié

Assaf Benjamin < assaf197254@yahoo.co.il >

À:

sarahstora26@gmail.com

lundi 24 octobre à 16:47

Bonjour Sarah:

Lors de la dernière visite à domicile tenue hier, nous avons de nouveau discuté de la possibilité d’une hospitalisation en maison psychiatrique – et ce dans le but de résoudre le problème du manque de suivi des médicaments psychiatriques que je prends. Comme je l’ai expliqué, la caisse générale d’assurance maladie dont je suis adhérent n’a pas de subvention – et les frais d’hospitalisation dans un tel foyer aujourd’hui sont tels que je ne peux en aucun cas payer. Aussi, passer à un autrehorganisation de maintien de la santéest hors de question pour moi : si je passe à un autrehorganisation de maintien de la santé, tout l’argent que j’ai payé pour l’assurance dépendance à la Clalithorganisation de maintien de la santé(qui s’appelle “Clalit Mushlam”) depuis que j’ai rejoint ce programme le 1er février 1998 va tomber à l’eau et ne comptera pas pour moi- Et si j’adhère à une caisse de santé, je devrai commencer tous les soins de longue durée l’assurance depuis le début. J’ai actuellement 50 ans – et bien sûr, à un tel âge, recommencer l’assurance dépendance et abandonner plus de 24 ans au cours desquels j’ai payé l’assurance dépendance dans laquelle je suis ne vaut vraiment pas la peine. Dans les termes professionnels des économistes (je ne suis ni économiste ni expert en économie – je connais ce terme complètement par hasard) il s’appelle “

J’ai pensé essayer et peut-être trouver une solution dans une autre direction : il existe une association qui s’appelle “The Group Association”. Les professionnels tels que les travailleurs sociaux, les psychologues, les psychiatres ou d’autres domaines des soins médicaux peuvent introduire une demande auprès de cette association pour le financement de traitements médicaux qui ne sont pas inclus dans le panier santé.

Il est important de comprendre que l’hospitalisation en maison psychiatrique n’est pas incluse dans le panier de soins de santé dans la grande majorité des cas – et aujourd’hui je n’ai pas les moyens de payer ce service à titre privé. C’est aussi le cas dans mon cas. Bien sûr, ce comportement de l’État d’Israël est très peu rentable, même d’un point de vue purement économique, car lorsque des personnes sont hospitalisées en raison de situations de négligence progressive, les coûts seront beaucoup plus élevés – mais c’est la réalité, que nous ne pouvons monnaie.

“L’association du groupe” n’accepte les demandes d’assistance que des membres du personnel médical et jamais des patients directement – et pour cette raison, toutes mes demandes précédentes n’ont pas été examinées ou révisées.

Pouvez-vous contacter l’association du groupe pour obtenir de l’aide à ce sujet ?

Salutations,

assaf benyamini-un résident du logement protégé de l’auberge “Avivit”.

post Scriptum. 1) Mon numéro d’identification : 029547403.

2) Lien vers le site de “l’association du groupe”:https://hakvutza.org/

3) Dans notre conversation, vous avez demandé si mon site Web était en ligne. Eh bien, mon site Web à l’adresse handicap5.com est définitivement en ligne.

4) Je vous envoie le message ici sur WhatsApp puisque le message que j’ai essayé d’envoyer à l’adresse e-mail sarahstora26@gmail.com m’est revenu et n’a pas été livré à sa destination, c’est-à-dire : à vous. J’ai essayé d’envoyer ce message depuis mon adresse e-mail assaf197254@yahoo.co.il

O. Ci-dessous ma correspondance du réseau social LinkedIn :

pour écrire cette lettre.

Meshulam Gotlieb a envoyé les messages suivants à 16h24

Voir le profil de Meshulam

 

Meshoulam Gotlieb 16h24

Bien que j’apprécie grandement votre travail, l’État d’Israël a suffisamment de problèmes sur la scène internationale, se tourner vers des journalistes étrangers pour aérer notre linge sale ne fait que renforcer les mains des ennemis d’Israël.

J’espère que vous reconsidérerez et continuerez la lutte ardue à l’intérieur des frontières du pays

AUJOURD’HUI

Assaf Benyamini a envoyé les messages suivants à 10h33

Voir le profil de Assaf

 

Assaf Benyamini 10h33

Comme je l’ai déjà expliqué, j’ai déjà essayé de mener la lutte à l’intérieur des frontières du pays pendant de nombreuses années – et puisqu’aucune autorité ou bureau gouvernemental n’est prêt à aider, et étant donné que l’État d’Israël insiste depuis de nombreuses années des années à laisser les personnes handicapées dans ma situation sans aucune adresse pertinente sur de nombreuses questions, je n’ai en fait plus de choix ni d’option Autre. Pour ces raisons, je rejette fermement votre critique, et je pense qu’elle contient aussi une très grande part d’hypocrisie : après tout, si vous étiez dans cette situation, vous aussi vous feriez exactement la même chose (si ce n’est bien pire et plus flagrant que ça )… mais pourquoi voudriez-vous même penser à cela ? Après tout, ça ne Cela ne vous concerne pas et cela n’a rien à voir avec vous – et en fait cela n’a rien à voir avec personne – et tant que cette politique continuera, je continuerai à contacter autant d’endroits que possible. Dans cette affaire, je n’accepterai pas de commandes – vous ne me direz pas qui contacter et qui ne pas contacter !! Meilleures salutations, Asaf Binyamini.

P. Vous trouverez ci-dessous l’e-mail que j’ai envoyé à la réalisatrice Tali Ohion :

 

Asaf Benjamin < assaf197254@yahoo.co.il >

À : Tali Ohaion .

Vendredi 28 octobre à 23h02

Bonjour à Mme Tali Ohion :

De notre correspondance sur le réseau social Facebook d’il y a un jour ou deux, j’ai compris qu’un journaliste vous avait contacté par téléphone à qui j’ai contacté via le réseau social LinkedIn.

Après notre conversation j’ai essayé de savoir qui était ce journaliste (j’ai un très grand nombre de contacts sur le réseau social LinkedIn) – et quand je t’ai envoyé le message sur Facebook tu conduisais et pour des raisons tout à fait compréhensibles tu n’as pas pu vérifiez-le à ce moment-là.

J’ai vu que le message vous a été envoyé sur Facebook par une journaliste nommée Heather Hale-Est-ce elle ? Et sinon, pourriez-vous me dire qui est le journaliste qui vous a contacté ?

Salutations,

assaf benyamini.

Q. Ci-dessous, le message que j’ai envoyé à la journaliste américaine Heather Hale via le réseau social LinkedIn :

Heather Hale

Connexion au 2ème degré

  • 2nd.d

Scénariste de cinéma et de télévision, réalisatrice, productrice chez Heather Hale Productions

AUJOURD’HUI

Assaf Benyamini a envoyé les messages suivants à 21h56

Voir le profil de Assaf

 

assaf benyamini 21h56

ma lettre à Heather Hale.

Récemment, je vous ai écrit au sujet des problèmes des personnes handicapées. Après avoir appelé Tali Ohaion, cinéaste israélienne très professionnelle et talentueuse, elle m’a écrit que vous voudriez peut-être avoir une interview avec moi.

Quoi qu’il en soit, vous pouvez m’envoyer un e-mail à assaf197254@yahoo.co.il

Je parle hébreu et j’ai parfois des difficultés en anglais – mais je vais essayer car la question des personnes handicapées est très importante pour moi.

Alors n’hésitez pas à m’appeler ou à m’envoyer un e-mail à tout moment.

Assaf Benyamini.

R. Voici quelques-uns de mes liens :

Le mouvement arrive chez les banquiers

préparer quelle brise à lui

Tali Ohaion – cinéaste israélien très talentueux

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *